Sarkozy prépare la phase 2 de l'ouverture

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au théâtre, on appelle ça du Feydeau. Il y a des portes qui s'ouvrent, qui se ferment, qui claquent. Il y a des maris trompés, des épouses infidèles et des amants dans le placard. En football, on parle de mercato: des joueurs qui changent de clubs comme de voitures, avant la fin de leur contrat, sans états d'âme, jamais par amour, toujours pour de mauvaises raisons. Dans les romans d'espionnage, on emploie le mot retournement, cette sombre manœuvre qui consiste à faire changer de camp un agent des services adverses avec armes, bagages et secrets. C'est rarement une affaire de convictions. En politique, on pratique l'ouverture.