Le patronat joue avec le feu sur les retraites complémentaires

Par

Le patronat est coutumier de la méthode. Il envoie des ballons d'essai explosifs, pour voir jusqu'où il peut pousser le gouvernement, à la veille des grandes négociations sociales. Dernier exemple en date, cette proposition d'un départ à la retraite à 67 ans pour sauver les retraites complémentaires, dont les caisses sont vides.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est le quotidien libéral L'Opinion qui a eu la primeur de la nouvelle. Le Medef, la CGPME et l'UPA ont transmis leur plan de bataille pour remplir les caisses des retraites complémentaires Agirc et Arrco. La plus explosive est sans doute cette proposition de pousser le plus grand nombre à partir à la retraite à 67 ans, avec de sérieux abattements dégressifs pour ceux qui s'aviseraient de partir avant. L'idée est d'économiser 3,1 milliards d'euros d'ici à 2020, pour atteindre un montant total de 8,3 milliards d'euros d'ici à 2020 et 17 milliards d'ici à 2040.