Action de groupe contre les discriminations: Safran premier visé

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

On change les lois, dans le meilleur des cas on les applique mais on ne change pas les hommes, surtout les habitudes et les détestations de ceux qui ont un peu de pouvoir dans un groupe...

mais puisque je vous dis que je ne vise pas spécifiquement Mediapart.Langue tirée

"Ce n’est pas le seul point qui fait tiquer. Car en réalité, le Medef a pesé sur la loi pour qu’elle soit quasiment inutilisable. D’abord, et contrairement aux États-Unis, l’action de groupe ne pourra pas être engagée directement par les salariés : seuls les syndicats pourront agir. Un avocat ne pourra pas, à partir d’un cas individuel, dépister une problématique globale. "

 

Le patronat et le capitalisme francais dans toute sa splendeur..... des gens biens, vous dis je....

C'est Benoit Hamon qui a fait voter cette loi "Class action" . Cela aurait été bien de la signaler.......

quant à ceux qui la critiquent , c'est assez étrange qu'il donne la loi américaine comme référence . C'est bien connu les lobbies n'existent pas aux USA !!!!!!!

  • Nouveau
  • 23/05/2017 17:41
  • Par

Si cette action de groupe est aussi impraticable, pourquoi alors les syndicalistes n'ont-ils pas opté directement pour la saisine directe du CPH, puisqu'en plus, la réparation du préjudice par le biais de l'action de groupe est enserrée dans un laps de temps absolument ridicule et qu'en outre, les syndicalistes devront saisir le CPH pour une réparation intégrale dans le temps ? Pourquoi n'ont-ils pas fait comme les Chibanis de la SNCF (saisine du CPH par une pluralité de personnes sur un même fondement juridique) ??? Mystère et incompréhension surtout. 

 

A la CGT "ils" pensent aussi ! -Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mardi 23 mai, Frédéric Sanchez, secrétaire général de la fédération de la métallurgie CGT et Sophie Binet, dirigeante confédérale en charge de l’égalité femme/homme, ont annoncé, avec les avocats de la CGT, une action de groupe à l’encontre de la société Safran Aircraft Engines; lire et écouter ....la suite :

Merci du lien ! je n'ai jamais douté que la CGT pensait, connaissant parfaitement la méthode Clerc notamment + les avocats et juristes du syndicat ! Quant à  la réitération de la discrimination à l'égard de syndicalistes déjà antérieurement discriminés de la part de l'ex Snecma, elle ne m'étonne nullement. Tant que la discrimination ne sera pas sanctionnée non seulement par la réparation intégrale du salarié mais aussi par une méga amende, les entreprises courent le risque, insignifiant financièrement.  

 J'ai écouté Savine Bernard : pour transposer cette action aux autres discriminations, cela me semble très très long (temps judiciaire) et permettez-moi de le penser, bien aléatoire, quand bien même je souscris à l'idée. 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale