Polynésie: la France reconnaît timidement sa dette nucléaire

Par

Le parlement français a adopté ce jeudi la réforme de la loi organique qui précise les conditions d’autonomie de la collectivité d’Outre-mer du Pacifique. On y trouve pour la première fois une référence explicite au fait nucléaire, c’est-à-dire aux 193 tirs qui ont eu lieu dans l’archipel entre 1966 et 1996, mais aussi aux « maladies radio-induites » subies par la population.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« La République reconnaît la mise à contribution de la Polynésie française pour la construction de la capacité de dissuasion nucléaire et la défense de la Nation. » Cinquante-trois ans après le premier essai tiré sur l'atoll de Mururoa, vingt-trois ans après que la dernière bombe nucléaire française a explosé dans le Pacifique sud, c'est la première fois que la France emploie le champ lexical de la reconnaissance au sujet du fait nucléaire.