Intrusion chez Royal : l'enquête dans l'impasse

Par et
L'enquête sur l'effraction au domicile de Ségolène Royal (PS), le 27 juin, aura bien du mal à aboutir. La meilleure piste des policiers vient de s'écrouler : les empreintes retrouvées dans l'appartement sont celles d'une... employée de maison. Tout en saluant le travail «minutieux» des enquêteurs, Jean-Pierre Mignard, l'avocat de l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle, continue de s'interroger.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Près de quatre semaines après les faits, l'enquête sur l'intrusion au domicile de Ségolène Royal dans les Hauts-de-Seine semble dans l'impasse. La meilleure piste des policiers vient, selon nos informations, de s'écrouler: les empreintes digitales prélevées dans l'appartement sont celles d'une employée de maison. Aucune autre trace exploitable n'a été retrouvée et les policiers ne disposent d'aucun témoignage - les voisins n'ont rien vu, rien entendu.