A l'Assemblée, consensus UMP-PS pour durcir la loi antiterroriste

Par

Les députés de la commission des lois ont voté mardi le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté par le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve. Dans un étonnant contexte de consensus et de surenchère sécuritaire entre UMP et PS.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après un débat très consensuel, la commission des lois de l’Assemblée nationale, présidée par le député PS Jean-Jacques Urvoas, a adopté mardi 22 juillet à l’unanimité le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté par le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve. Précipité par la tuerie de Bruxelles du 24 mai, le texte est examiné par le Parlement en procédure accélérée. Il s’agit de lutter contre les départs en Syrie. En six mois, le « nombre total de ressortissants engagés sur les théâtres djihadistes » a crû de « 56 % », passant de « 567 à 883 personnes » dont « 44 mineurs », a indiqué Bernard Cazeneuve. « La DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure, ndlr) traite actuellement une soixantaine de procédures judiciaires (liées à des départs ou retours de djihadistes en Syrie, ndlr) », a ajouté le ministre.