Masterisation: un jeu de taquin dans l'éducation

Par
Effet des 16.000 suppressions de postes et de la masterisation de la formation des enseignants: des professeurs d'un discipline remplacent des enseignants stagiaires d'une autre, tandis que dans deux académies au moins, c'est la formation continue des professeurs titulaires qui a été rognée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Combinée aux 16.000 suppressions de postes de la rentrée 2010, la réforme de la formation des enseignants semble provoquer des dysfonctionnements en chaîne dans le système éducatif. Avec un petit côté jeu de chaises musicales. Les professeurs stagiaires, placés à temps plein dès la rentrée dans les collèges et lycées (16 ou 18 heures au lieu de 6 heures avant la masterisation), bénéficient tout de même de quelques journées de formation professionnelle organisées par les rectorats. «Après la Toussaint, le problème du remplacement, récurrent à cette période avec les épidémies de grippe, etc., va s'aggraver avec le départ des stagiaires en formation», souligne Emmanuel Mercier, secrétaire national du Snes, responsable du secteur formation.