LR: qui a peur de rompre avec Sens commun?

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour certains, le réveil est difficile. Avec retard et beaucoup d’embarras, Les Républicains commencent enfin à prendre la mesure du risque que fait courir le mouvement Sens commun à leur parti. Dix jours après la publication des propos du président de Sens commun Christophe Billan expliquant, non seulement qu’il souhaitait tendre la main à Marion Maréchal-Le Pen, mais également, dans la version non expurgée de l’entretien à L’Incorrect que nous avions publiée, qu’on ne pouvait pas être français sans être chrétien « culturellement ou spirituellement », le malaise est profond.