Evasion fiscale: au Luxembourg, Lactalis boit du petit lait

Par Disclose
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Très intéressant mais inutilisable pour moi qui gagne un peu plus que le SMIC
Et dans ce montage financier il n'y a pas de l'évasion de ruissellement vers les politiques

Car pris en otages par leur banque et les laiteries qui leur achètent le lait bien en deçà du prix de revient.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/logre-du-lait-13-la-pollution-de-la-riviere-de-la-seiche

 

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/logre-du-lait-33-societe-la-mainmise-de-lactalis

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/logre-du-lait-23-belle-ile-en-mer-parviendra-t-elle-a-quitter-lactalis

 

On peut prendre le problème par n’importe quel bout, le comportement de la famille Besnier relève de l’extorsion de fonds, une démarche criminelle qui n’a rien envier à celle des pires groupes mafieux.

En quoi voler le trésor public serait-il moins grave que le blanchiment d’argent cher aux trafiquants en tous genres ? Pour en juger, il suffit de suivre le circuit qu’emprunte le produit de cette « évasion fiscale », l’expression politiquement correcte inventée pour euphémiser le vol des ultra riches. Ce chemin n’est-il pas exactement le même que celui de la drogue ? Paradis fiscaux, comptes off-shore, valises de liquidités. Si ces détournements de fonds ne relèvent pas du grand banditisme, pourquoi les entourer d’un tel secret ?

Quand un membre de la famille Besnier fait des études en France, quand il tombe malade et va à l’hôpital, quand il se branche sur la radio ou la télé publiques, quand il emprunte une route nationale, quand il appelle la police ou les pompiers, il utilise — gratuitement — un service public qu’il refuse pourtant unilatéralement de financer.

Et pourquoi y a-t-il accès ? Parce que des millions de citoyens français — honnêtes ceux-là— paient à sa place. Alors qu’ils gagnent cent, mille ou dix mille fois moins que lui. Il faut en être conscient : ce que ces misérables voleurs ne paient pas, malgré leurs moyens démesurés, c’est nous tous qui devons le payer. Nous avons donc le droit — le devoir — de les regarder de haut, malgré leur air supérieur. Ils ne méritent qu’une chose : notre mépris.

Dans ces conditions, on ne peut qu’être scandalisé que des élus — ou des membres du gouvernement — puissent encore accepter de rencontrer ou pire de serrer la main à ceux qu’il faut bien appeler par leur nom : des escrocs, des minables sans foi ni loi.

Emmanuel Macron, Jean Castex ou Bruno Le Maire accepteraient-ils de recevoir El Chapo ou un baron de la ‘Ndrangheta? On se dit que non. Et pourtant, ils se bousculent au portillon pour s’aplatir devant nombre de princes du CAC 40 qui dépouillent la France et les Français depuis des dizaines d’années. Ce faisant, ne s’avèrent-ils pas complices d’un vol qui coûte plus de 100 milliards par an ?

Tant que nos élus ne feront rien pour jeter ces tristes sires en prison, je suggère déjà que nous nous bouchions ostensiblement le nez (en y ajoutant éventuellement un sifflement) quand nous passons à proximité de ces pillards et de ceux qui les soutiennent.

Ils puent et nous nous devons de leur montrer que leur odeur de pourriture nous est insupportable.

Oui mais Mr le ministre de l’intérieur ne veut plus de rayon communautaire! Que faire? 

en faisant aussi attention aux marques distributeurs 

Justement, c'est ça leur force, leur nom n'est presque jamais écrit, vous faites comment ? À part leurs fromages qui sont de toute façon immangeables et le beurre président, vous sauriez dire ce qu'ils produisent ?

 

 

Les tartes à la crème, en France ?

Certains jours je ne me connecte plus à Internet. Marre de me gaver de Vogalène

Cet argent revient, après, blanchi par les "banques", pour être "investi" dans l'"éducation nationale" genre marion-tiphaine et l'achat pour un euro symbolique de la terre, de l'eau, de l'air, de la mer, de nos hôpitaux, du pillage des versements de retraite, d'éducation, de nutrition, de logement, de sécutité sociale, bientôt de tout le reste.

Romaric travaille sur un deuxième tome de sa "Guerre sociale en France".

Le chiffre de 100 milliards serait bien en dessous des (scandaleuses) évasions fiscales : selon les études de Monique et Michel PINCON CHARLOT... à voir :

https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/monique-pincon-charlot-ce-n-est-pas-une-crise-sanitaire-c-est-une-crise-du

donc ... "Pire que pire" money-mouth d'autant que la propagande continuelle (avec ou sans codiv) ne sert que de "fumigène" aux graves problèmes de notre société...

 

Franchement Disclose et MDP méritent un don défiscalisé hein????Et fuck aux Besniers et consort.Sans parler du boycott et la diffusion la plus large possible.Et nos agris??????qu'en pensent-ils? Ah oui! Mdame Lambert Christine est partie,laissant la direction FNSEA pour poursuivre plus encore ses entreprises de captation et élargir les possibles,là maintenant l'Europe et ses dividendes de la PAC.HORREUR.

  • Nouveau
  • 23/10/2020 16:29
  • Par

"Et pendant ce temps, les affaires continuent."

Question : Est-ce légal ?

Pour vous, non, ne vous y amusez pas. La SGBT ne vous gratifierait même pas d'un rendez-vous de toutes façons.

 

Pour les Besnier, c'est compliqué.

Lactalis fournit pas mal de supermarchés (Carrefour, U etc...) qui vendent sous leurs propres "marques repères" ou pas : LACTALIS n'apparait donc pas sur les produits...  !!!!

Lactalis n'apparaît d'ailleurs pas non plus sur les marques qu'elle possède. Il est vraiment nécessaire de les connaître pour être à même de faire le tri. Comme d'habitude, c'est au consommateur de s'informer pour 1) - Savoir ce qu'il avale _ 2) - Connaître qui possède la marque.

Vous avez l'air mal informé, bien sûr qu'elle est plus véreuse ! 

Et de combien de milliards de subventions a--t-on goinfré ces braves biquets ?

Il nous faut une liste des produits Lactalis pour qu'on puisse les boycotter...

Sérieusement, un peu de travail personnel ne vous ferait pas de mal.

Trouvé en 1 minute :

lactalis

C'est bien de l'avoir publiée quand même. Cà donne une idée au lecteur de l'horreur absolu dont on parle, quand on parle de Lactalis : un désastre sanitaire, culturelle, gastronomique, environnemental, pour ne pas évoquer les désastres sociaux, les souffrances au travail, le "talon de fer" de ce "professionnalisme corporate".. Lactalis et ses complices sont directement coupables de la surmortalité liée à cet "empoisonnement lent", tout particulièrement des "plus pauvres", que l'on rend addict et engraisse avec ces produits pourris, scientifiquement mis au point en laboratoire de "conditionnement alimentaire". C'est l'évidence établie par les savoirs en santé publique. La question n'est pas même de "boycotter" (qui achète ?...), appel à action qui est sanctionnable en droit français, mais d'en exiger la pure et simple interdiction par normalisation qualité scientifique effective d'une part, par l'émergence d'un "secteur public" de l'alimentation, nationalisée et démocratisée avec des petits kolkoziens, non-monopolistique, mais qui apportera les standards minimaux de qualité et déducation du public, "pour tous". C'est le programme de la "nationalisation démocratique, civique, éducative, protectrice", génératrice d'amélioration continue positive, sans externalités négatives, sur le long terme. Il faut cesser de "découper les combats en tranche de salami". Il faut des réponses "holistes" au question. En posant déjà et en premier lieu la question politique, mais aussi existentielle, du pouvoir politique, et de sa confiscation croissante. 

Pour ma part , ne voulant pas mémoriser toutes ces marques , j'ai photographié l'écran avec mon portable , je pourrais , le cas échéant m'y référer lors de mes courses !

Et je JURE que je n'achèterais plus un produit lactalis !

Bien sûr , c'est insignifiant.... Mais si trois millions de personnes faisaient pareil il ne rigolerais pas des masses , le besnier ...

Même 200000 il le sentira passé !

"La question n'est pas même de "boycotter" (qui achète ?...), appel à action qui est sanctionnable en droit français"

Sauf que toucher à leur porte monnaie est bien plus efficace que toutes les fausses batailles du gvt qui protègent implicitement tous ces voyous... (combien de mois, d'années pour qu'ils soient "jugés" et plus... que mollement ??? moult exemples...)

Au risque de menacer les emplois ?  alors, supposons les salariés, tous à leurs postes de travail mais refusant de TRAVAILLER (fabriquer de la m...) durant des jours et des jours... plus efficace qu'une grève ??? que se passerait-il ???

-oui...on peut rêver !...

La dégradation de la qualité des produits alimentaires est un problème bien évidemment structurel. A part le CA de Lactalis, aucun des acteurs n'a envie de vendre des produits qui ne sont bons ni pour les gens qui les mangent, ni pour les producteurs, ni pour l'environement, ni pour la culture gastronomique.

Nous sommes complètement d'accord sur le fait que la solution est structurelle. Si on doit en passer par un "secteur public de l'alimentation", ainsi soit-il.

Malheureusement il y a bien plus de produits que ça notamment sous marque distributeur et c'est vraiment difficile à tracer (il doit y avoir le code postal du producteur mais c'est souvent une filiale). Ils sont pas fois...

Il y a aussi tous les frometons des fromageries de l'Étoile qui ont été rachetées par Lactalis. Les produits sous marque distributeur sont en effet difficilement traçables mais même sur les marques représentées sur la photo plus haut, le nom de Lactalis n'apparaît jamais. Difficile de mener une action de boycott contre une telle boîte donc, il faudrait que chaque consommateur s'informe individuellement.

Allez donc la chercher sur internet ! Il est permis de se bouger un peu!

Que signifie cet encadré rouge?

220 M€ par an? Ça fait combien de lit en réa? On pourrait changer le titre de l’article: Lactalis a aggravé la crise du COVID? 

Une journée en soins intensifs revient à plus de 3 000 €. L'exil fiscal pratiqué par Lactalis pourrait donc financer plus de 73 000 journées-réanimation. 

Mais il n'y a pas que Lactalis. L'exil fiscal annuel coûte à la France entre 60 et 80 milliards d'€ annuellement. La pauvreté pourrait être largement éradiquée avec cette somme, des écoles pourraient être construites, des hôpitaux aussi, etc... avec le financement nécessaire pour embaucher le personnel nécessaire pour les faire fonctionner. 

Mais il y a malheureusement des tas d' égoïstes qui préfèrent frauder le fisc dans l'unique objectif de devenir les plus riches de leur cimetière. Certains enfoirés de cette liste non exhaustive y sont d'ailleurs parvenu, car ils sont déjà décédés. Faudrait penser à leur demander si ça leur sert à quelque chose.

oh que oui... !!! Le "consentement" à l'impôt est réservé aux gueux... (selon le clergé de l'époque) ; c'est "la même" aujourd'hui....!!! clergé remplacé par les castes, et bourgeoisie...

"Au Luxembourg lactalis boit du petit lait"

C'est normal, c'est un cochon !

Un ami ancien syndicaliste CGT à la Sofralait, filiale de distribution de ce qui deviendra Lactalis, et liquidée en 1981-1983, m'exposant en long et en large la longue lutte des sofralait (2 ans d'occupation du dépôt de la porte de la villette), y compris le soutien du gouvernement socialiste d'alors, de Edith Cresson en particulier, qui voulait "nationaliser la filière" (sur le modèle NMPP !), que cette famille Besnier - qu'ils avaient été réveiller en pleine nuit moult fois dans leurs chasses gardées, dans ces "opérations coups de poings" qu'affectionnait la CGT d'alors - est une championne du monde toute catégorie et hors catégories de la Fraude fiscale, mais aussi des détournements de subventions européennes, de fraude à la TVA, et de crimes écologiques et sanitaires multiples et variées. On est dans un "centre méconnu" de l'avant-garde hypercapitaliste, sous des dehors "tradi casual". Les loups de la finance de Wall street sont peut-être des petits bouffons à côté de "ces gens-là", parce qu'eux, "ils durent longtemps". 

Maintenant sur la compréhension du mécanisme, l'article n'est pas de la plus grande rigueur pédagogique comptable :

"L’objectif de cette opération est de faire remonter la dette de BSA France vers BSA International afin de faire grossir sa dette et donc de diminuer son bénéfice en Belgique."

Prise au pied de la lettre, la phrase est inexacte: une dette n'est pas une charge, et ne fait donc pas diminuer le résultat. Il faut ensuite, et ce n'est qu'évoqué bien plus loin, il faut une "opération de capital" pour que la "dette" soit transformé en "charge" (amortissement d'actifs, intérêt d'emprunts). Le mécanisme est expliqué dans le "sens inverse des créances" (par "augmentation de capital" de l'entité détentrice de la créance). Ces opérations de "liberté infinie" d'"opérations sur le capital", qui "manipule les résultats d'exploitation réels (l'"ETBIDA"), par de l'"exceptionnel aberrant", sont rendues licites par l'existence de ces "paradis fiscaux", et de l'extension progressive, par capillarité et percolation législatives, sous l'effet des traités extérieurs, du domaine du plaisir du paradis capitaliste. la "remontée de dividendes" occultes devient charges déductibles fiscalement. Il serait d'ailleurs à déconseiller aux "petits" de se lancer dans ce genre d'escroquerie, il y a totale asymétrie des capacités et des moyens, avec les "mafias judiciaires" des groupes capitalistes, de leurs coupoles.

Autre dernière petite chose : 

en passant de 100 millions d’euros à 80,5 millions de bénéfices entre 2018 et 2019, Lactalis a réduit sa contribution à l’impôt de 55 %.

Ecrit comme cà, c'est pas clair, pour le lecteur et l'arithméticien  ignorant que nous serons beaucoup à être ?

Sur le fonds, merci à Mediapart et à Disclose, d'avoir édité ce dossier. N'est-il pas emblématique, des sujets sur lesquels devraient immédiatement être proposés des réponses gouvernementales, sociétales fortes, radicales, par le "programme commun de la gauche et des écologistes", réunissant les citoyens et les acteurs de terrain, de la ZAD de Saclay naissante, aux travailleurs du Lait, pressurés exploités humiliés par les voyous internationaux de Lactalis, aux professionnels de la santé publique aux ONG qui dénoncent la voyoucratie prédatrice des groupes agro-alimentaires industriels. Plutôt que de s'excommunier et s'anathémiser les uns les autres, pour le plus grand bonheur des obscurantistes et des capitalistes coalisés. Lactalis est l'incarnation d'un de ce qu'on nomme paisiblement des "lobbies", mais cette litote, cet euphémisme, atténue la réelle portée de la criminalité intrinsèque, la violation majeure, perturbatrice de l'ordre moral public, de l'état de droit, continue, durable, et perpétuée, des pratiques de ces "groupes capitalistes prédateurs". Le législateur, par ses orientations de plus en plus "anarchiques et sans loi", tout au long de ces derniers 40 ans, depuis 1981, et la nationalisation avortée, une "mafia du lait" s'est littéralement "enkystée". L'hydre est trop puissante, il faut toujours tout lui céder. L'arme alimentaire mondiale, avec nestlé, les américains, les belgo-anglo-hollandais, les acteurs émergents, chinois, indiens... Lactalis n'est pas le fruit pourri dans le bocal. L'entité est en parfaite symbiose avec la plupart des "secteurs stratégiques" dont elle n'est qu'un module, particulièrement bien articulée sur la "contrôle-logistique" du territoire, tout autant que sur l'ingénierie financières off-shore, ou l'intervention spéculative sur les "marchés de la faim", des "embargos" etc.. Cà donne un "concentré de tomate" du truc similaire, isomorphe, à celui du pétrole: même biz: les flux liquides énergétiques.

J'ajoute rapidement sur la SOFRALAIT, que 90% des travailleurs, qui y étaient exploités en tant qu'OS, sous-smicard, souvent mal-logés par des "logeurs-racketteurs", apeurés sous le régime de la carte de travail provisoire, d'avant la carte de 10 ans, à l'ignoble époque Poniatowski-Bonnet-Peyrefitte du "droit au retour", étaient émigrés des 3 pays du Maghreb. Il y aurait sans doute un travail éditorial à faire sur cette "mémoire des luttes". La CGT a dû conserver toutes les archives. Il serait même loisible d'en interroger beaucoup d'acteurs encore vivant. Il y a aussi des dossiers ministériels. Edith Cresson pourrait longuement témoigner, et bien d'autres encore, s'ils en ont le goût et le souci. D'une façon générale, la CGT doit avoir un "gros dossier" sur Lactalis, du moins c'est à ne pas désespérer. 

Leur histoire officielle est une "story telling" dans le bon goût vichyste du terroir frelaté. https://www.lactalis.fr/le-groupe/histoire/    Premier groupe mondial laitier, tout de même. En France on aime cracher sur ses Champions, dira un Lemaire, selon la formule qu'aura sans doute inventée un "obscur communiquant" d'un Besnier il y 75 ans ou 95 ans. C'est une formule que des millions de "coqs de village" et "maquignons" ont rabâchée durant des siècles, si ce n'est des millénaires. C'est sur ce type de rhétorique archaïque et archaïsante qu'à toujours fonctionné l'hyper-modernité de toute propagande et publicité marchande, cette métaphysique de la pire espèce. 

On est au coeur du coeur des véritables "ennemis de la république".

MERCI de ces excellentes précisions... car les subtilités comptables orchestrées par les judicieux et "chers" conseilleurs frôlent allégrement les lignes jaune du "légal"... (En effet, les lois ne sont construites que DANS CE BUT par les lobbyings pré-mâchant le boulot des zzzzélus)...

"Lactalis est l'incarnation d'un de ce qu'on nomme paisiblement des "lobbies", mais cette litote, cet euphémisme, atténue la réelle portée de la criminalité intrinsèque, la violation majeure, perturbatrice de l'ordre moral public, de l'état de droit, continue, durable, et perpétuée, des pratiques de ces "groupes capitalistes prédateurs".

Merci encore pour vos précieuses informations 

Cordialement.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.
  • Nouveau
  • 24/10/2020 11:32
  • Par

Je m'étonne encore que l'on s'étonne. C'est la politique défendue au niveau Européen et national (ne pas oublier que les décisions Européennes ne sortent pas de nulle part), qui est soutenue par des voyous vulgaires comme Sarkozy et ses sbires, ou par des voyous qui se la jouent classe et cool comme le Micron.

Les règles en sont simples:

1- L'argent public doit aller au maximum dans la poche des (grandes) entreprises: exemple la PAC ou la majorité des aides financent l'agro-business.

2- Les entreprises doivent pouvoir échapper au fisc et les états doivent tout faire pour modifier leur legislation nationale ou bien autoriser les mouvements intra-communautaires et pratiquer l'optimisation fiscale.

Résultat: moins de ressources, et le peu qui est collecté est renvoyé dans la poche des entreprises. Donc, un déficit, des mesures de baisse des dépenses et de réduction des services publics, d'ou un rejet de l'état et des entreprises publique, dont découle un vote pour le libéralisme.

Voila comment fonctionne la voyoucratie Européenne qui nous transforme en US of Europe d'ou sortira pour notre plus grand malheur un Trump like qui fait croire aux cons que l'avortement est plus dangereux que la politique économique de ceux dont il faut taire le nom.

vive l'europe !!!! money-mouth

A chacun son métier, Besnier c'est de traire toutes les vaches à laitfrown

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

bonjour merci , pour cette fable indémodable.

Merci à Médiapart et Disclose pour ces nouvelles révélations.

Évidement, il fallait aux Besniers le beurre, l'argent du beurre, la laitière et surtout

la soc. Off Shore qui va avec. ( sale temps pour le cholestérol)

  • Nouveau
  • 24/10/2020 15:01
  • Par

On s'est fait berner, il faut maintenant se faire Besnier!

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.
  • Nouveau
  • 24/10/2020 18:02
  • Par

Heureusement on contrôle ceux qui abusent des minimas sociaux. LOL

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Pour cette enquête, Disclose s’est appuyé sur 113 documents financiers et a commandé une analyse financière à Maxime Renahy, qui a été ensuite vérifiée par un de nos journalistes. Le rapport produit et les documents financiers du groupe Lactalis ont été mis en ligne par Disclose.

Les auteurs de l’enquête, à consulter ici sur le site de Disclose, sont Mathias Destal, Marianne Kerfriden, Inès Léraud et Geoffrey Livolsi.

Disclose est un média d’investigation, à but non lucratif, entièrement financé par le don. Des équipes de journalistes mènent des enquêtes pendant plusieurs mois, puis publient leurs sujets sur un site en accès libre et avec des médias partenaires. Objectif : maximiser l’impact des révélations et soutenir le droit à l’information des citoyens.