Chez ArcelorMittal, le drame de l'intérim

Par

En moins d'un an, quatre employés d'ArcelorMittal sont morts sur deux sites. L'agence de travail temporaire Randstad, numéro deux mondial de l’intérim, a retiré fin octobre 28 intérimaires employés sur l'usine de Grande-Synthe. Le numéro un mondial de l'acier est très loin de sa promesse "zéro accident".

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Notre philosophie est de produire de l’acier durable avec un haut niveau de sécurité. La sécurité est la priorité numéro 1 du groupe. À travers notre programme "En route pour le zéro accident", nous concentrons tous nos efforts à la suppression des accidents du travail. Nous avons réalisé des progrès significatifs dans ce domaine. » Il y a deux ans, le 17 avril 2013, à l'occasion d'une audition à l'Assemblée nationale devant les députés sur l’avenir des sites sidérurgiques français et les investissements qui y sont prévus, le multimilliardaire indien Lakshmi Mittal, numéro un mondial de l'acier, fossoyeur de l'aciérie lorraine, déroulait un discours enjôleur à la gloire de la France incontournable dans sa stratégie et de la sécurité, un totem.