Marche contre les violences sexuelles et sexistes: l’espoir d’une mobilisation inédite

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur les réseaux sociaux ces derniers jours, les féministes multiplient les messages aux « gilets jaunes », les suppliant de ne pas éclipser la grande marche contre les violences sexistes et sexuelles prévue le samedi 24 mars dans une cinquantaine de villes, à la veille de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Avant de pousser un ouf de soulagement quand Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’intérieur, a annoncé mardi sur BFM TV que la place de la Concorde, où devaient se rassembler les gilets jaunes, serait fermée à toute manifestation samedi. Le point de départ de la manifestation parisienne #NousToutes a, lui, été déplacé de la place de la Madeleine à la place de l'Opéra.