L'argent et le patrimoine des Le Pen provoquent des enquêtes à répétition

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ceux qui font la course au misérabilisme, ce sont ceux qui sont peut-être les plus suspects aux yeux des Français. » En 2013, Marine Le Pen comparait les déclarations de patrimoine des élus à une « course » au « plus pauvre ». Trois ans plus tard, la voilà suspectée par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) d'avoir sous-évalué son patrimoine dans sa déclaration de 2014 : l’organisme de contrôle lui reproche, ainsi qu’à Jean-Marie Le Pen, d'avoir sous-évalué leurs actifs respectifs pour environ les deux tiers de leur valeur.