Premières hypothèses pour l’avenir de la ZAD

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si aucun aéroport ne vient bétonner le bocage, que deviendra la ZAD, cette zone de 1 650 hectares occupée et habitée depuis près de dix ans par le mouvement anti-aéroport ? Les paysans historiques pourront-ils retrouver leurs terres ? Les personnes venues occuper le terrain pour empêcher l’arrivée des pelleteuses et créer un laboratoire de vie sans État pourront-elles rester ?