Les musulmans de France ne trouvent pas leur place, même au cimetière

Par

Une très grande majorité des musulmans de France préfère encore faire enterrer ses défunts dans leur pays d’origine plutôt que dans le pays d’accueil, considéré par beaucoup d’entre eux comme inhospitalier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Sur plus de 1 000 décès que nous gérons chaque année, 90 % de nos clients demandent un rapatriement du corps du défunt vers le pays d’origine : que ce soit le Maghreb, la Turquie, l'Afrique sub-saharienne, l'Asie ou le Moyen-Orient, la tendance est la même », explique Nouredine Ghilli, le gérant de l’institut funéraire omniculte (IFO El Amen), dans le XVIIe arrondissement de Paris, à deux pas de la porte de Clichy, l'une des plus importantes entreprises de pompes funèbres musulmanes de la région parisienne.