Nicolas Sarkozy et le boomerang des attentats de Paris

Par

Confronté à son bilan, critiqué pour son mélange des genres et réduit à l’atonie par une gauche gouvernementale qui empiète sur son terrain, le patron de l'UMP traverse une période pour le moins délicate. L'effet Sarkozy ne fonctionne plus, y compris dans ses propres rangs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La droite a un problème. Un problème politique, un problème d’intelligibilité. Mise en difficulté par la conversion sociale-libérale de la gauche gouvernementale, condamnée à saluer la fermeté affichée par l’exécutif depuis les attentats de Paris, l’UMP peine à trouver sa place sur son propre terrain. Mais plus encore que la droite, c’est Nicolas Sarkozy qui a un problème. Plusieurs problèmes, même. Déjà affaibli par le fiasco de son retour, le patron de l’opposition ne parvient toujours pas à rattraper son retard et voit peu à peu ses principaux adversaires, à droite comme à gauche, le distancer.