Vivarte ou le temps du capitalisme cannibale

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis des semaines, les 16 000 salariés du groupe Vivarte – groupe d’habillement connu sous ses enseignes André, La Halle, La Halle aux chaussures, Caroll, Kookaï, Naf Naf, Minelli, San Marina – s’attendaient au pire. Les annonces faites par la direction lors du comité central d’entreprises mardi 24 janvier ont confirmé toutes leurs inquiétudes.