Retraites: à Paris, le 24 janvier, «on est toujours là et on va pas lâcher»

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le cortège parisien s’est élancé depuis une bonne demi-heure. Les premiers manifestants ont tourné boulevard de Sébastopol et tout à l’avant, face à des forces de l’ordre chargées d’impulser le rythme de la marche, un des chants des gilets jaunes est repris en chœur : « Macron nous fait la guerre, et sa police aussi, et on reste déter’, pour bloquer le pays. »