Hollande est sommé d'entendre la gauche

Par

Les résultats du premier tour des municipales signent, sans surprise, le divorce d’une partie de l’électorat de gauche avec la politique du gouvernement. Une rupture progressive depuis deux ans, à laquelle l’exécutif veut répondre par plus de « justice sociale », tout en préparant 50 milliards d’euros d’économies.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Jusqu’au bout, les socialistes ont espéré contenir la défaite prévisible. Sur le terrain, leurs électeurs ne leur jetaient pas d’œufs, ils leur ouvraient la porte. Personne, ou presque, ne les insultait. Dans les salons des ministères, certains se prenaient même à rêver d’une acceptation bien plus grande, que ne le prédisaient les sondages, de la politique de François Hollande. Aux journalistes pessimistes, ceux-là répondaient que la presse parisienne était déconnectée de la réalité du pays et de la force du « socialisme des territoires », ou que Mediapart était « l’ultra-gauche ».

Dimanche, le premier tour des municipales confirme pourtant l’évidence : en deux ans, François Hollande a profondément démobilisé son électorat. La « désertion des urnes » dont parlait la semaine dernière l’ami et conseiller du président, Bernard Poignant, en est la preuve. L’abstention a atteint un niveau record, à plus de 38 %, soit une hausse de cinq points par rapport aux municipales de 2008, et elle touche d’abord les électeurs socialistes. Sans surprise, ce sont les quartiers populaires et les jeunes qui ont massivement boudé le scrutin. Marseille en a fait la démonstration éclatante.  

Dans un bureau de vote parisien, le 23 mars 2014 © Nicolas Serve Dans un bureau de vote parisien, le 23 mars 2014 © Nicolas Serve

Et quand ils sont allés voter, les électeurs ont sévèrement sanctionné les candidats socialistes. En six ans, ils ont souvent perdu un nombre très impressionnant de voix. C’est par exemple le cas à Limoges, bastion de gauche, où la tête de liste perd 26 points par rapport à 2008 ! Le maire sortant Alain Rodet, élu au premier tour en 1995, en 2001 et en 2008, devra cette fois subir un second tour. Dans l’Ouest, Niort, dirigée par la gauche depuis 1957, bascule à droite dès le premier tour ; Quimper pourrait échapper à Bernard Poignant ; Lorient, fief de Jean-Yves Le Drian, voit le Front national se qualifier au second tour… (lire en cliquant ici l'article d'Hubert Huertas détaillant les scores électoraux du PS).

La gauche n’est pas non plus assurée de conserver Toulouse, Strasbourg, Metz, Reims, Auxerre, La Roche-sur-Yon, Angoulême, Angers, Laval, Sens, plusieurs villes de banlieue parisienne comme Bobigny… En Corrèze, le département que dirigea François Hollande, Tulle, dont il fut le maire, fait figure d’exception avec la réélection au premier tour d’un conseiller du président de la République, Bernard Combes. À Brive-la-Gaillarde et à Ussel, la droite est grande favorite du second tour et elle l’a même emporté au premier tour à Argentat, la ville de feu René Teulade.

La poussée du Front national en est la conséquence logique. Partout, ou presque, il progresse, en pourcentage et en voix (lire notre article). Pour la première fois de son histoire, il a même remporté une ville, Hénin-Beaumont, dès le premier tour.

Cette fois, le gouvernement ne peut pas esquiver : c’est lui, et François Hollande, qui sont sanctionnés. Les ministres, bien peu nombreux à courir les plateaux de télévision dimanche soir, ont dû le reconnaître avec, à chaque fois, les mêmes éléments de langage. « L’électorat de gauche a envoyé un message. Il est parfaitement compris », a promis Stéphane Le Foll, un proche du président de la République. « Il y a des inquiétudes, des attentes, peut-être du mécontentement. Il y a un climat national de tension, parfois de défiance », a dit la ministre des affaires sociales Marisol Touraine.

Lundi, après un tête-à-tête entre Jean-Marc Ayrault et François Hollande, les piliers de la majorité invités à déjeuner à Matignon ont plaidé pour un réajustement du discours gouvernemental. Selon plusieurs sources, les participants ont tous plaidé pour arrêter de marteler uniquement que le cap choisi est le bon, et de n’insister que sur la compétitivité et la baisse des dépenses publiques.

À la sortie, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a résumé le sentiment général : « On entend notamment le désir des électeurs français d’avoir davantage encore de justice sociale dans le redressement que nous sommes en train d’opérer, ce message est entendu. » Avant d’insister, devant la presse : « Le message, c’est une demande de justice sociale encore plus forte. Nous avons fait en sorte depuis deux ans de remettre de la justice sociale dans tout ce que nous faisons, soyons clairs, mais ce qui nous est envoyé par les électeurs, c’est cette demande accrue de justice sociale dans le redressement et les réformes que nous menons depuis maintenant deux ans. »

Ce discours était porté depuis des mois, jusque-là en vain, par des ministres aussi divers que Vincent Peillon, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, les écologistes ou Stéphane Le Foll. Mais François Hollande avait choisi depuis début janvier de concentrer son discours politique sur le « pacte de responsabilité », avec une terminologie qui parle bien plus aux énarques du VIIe arrondissement qu’aux électeurs des quartiers populaires. Une démarche qui signait l’aboutissement de l’éloignement du président de la République vis-à-vis d’une partie de l’électorat qui l’a porté au pouvoir.  

Ces derniers mois, celui-ci s’est profondément déstructuré, sous l’effet, parfois confus et difficile à démêler, de la crise économique et sociale, des promesses non tenues, d’une politique économique plus libérale qu’annoncé, de la désorganisation manifeste de l’exécutif… Par cercles concentriques, la désaffection a peu à peu atteint le cœur de l’électorat socialiste.

Pas de décision sur le remaniement avant le second tour

Très vite après son arrivée à l’Élysée, Hollande a fâché les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et les bataillons syndicaux de la CGT, en faisant ratifier le traité européen TSCG, en annonçant les premières mesures de baisse du coût du travail à l’automne 2012 (c’était le pacte de compétitivité inspiré par le rapport Gallois), en libéralisant le marché du travail avec l’Ani, ou en allongeant la durée de cotisations lors de la réforme des retraites.

Les jeunes et les quartiers populaires ont mal vécu le renoncement sur le contrôle au faciès ou le droit de vote des étrangers. Certains secteurs du PS engagés dans les associations comme RESF ont aussi vivement protesté contre les propos de Manuel Valls sur les Roms ou le scandale Leonarda. L’électorat de centre-ville, CSP+, a également été échaudé récemment par l’abandon de la loi famille ou le renoncement à la PMA pour les couples de femmes, quand les fonctionnaires ont bondi aux cafouillages sur le gel de leur avancement.

Plus largement, et plus profondément encore, la majorité des Français n’ont pas vu leur vie quotidienne s’améliorer, faite de précarité, de pauvreté, de salaires moyens affaiblis par les hausses d’impôts, de chômage… La promesse non tenue d’inversion de la courbe n’en a été que l’illustration. La sensation d’une proximité entre la politique économique de la gauche et de la droite a été renforcée par le discours uniquement axé sur le coût du travail de la conférence de presse du 14 janvier. « Les gens ont le sentiment qu’on fait des choix inverses à la campagne », admet un conseiller du pouvoir, qui a les pires craintes aux européennes. Le tout avec un sentiment d’amateurisme d’une équipe qui manque d’animation politique et de sens du collectif.

Dans un bureau de vote parisien, le 23 mars 2014 © Nicolas Serve Dans un bureau de vote parisien, le 23 mars 2014 © Nicolas Serve

Quant aux écologistes, ils étaient au bord de la rupture définitive. En face, certains conseillers socialistes rêvaient de les voir quitter le navire gouvernemental. Sauf qu’Europe Écologie-Les Verts (EELV) sort renforcé du premier tour des municipales, à l’image du score obtenu avec le Parti de gauche à Grenoble. La loi sur la transition énergétique, en cours d’arbitrage depuis des mois et objet d’un bras de fer parfois tendu au sein du gouvernement, pourrait s’en ressentir.

Mais pas question, d’ici le second tour, d’annoncer de nouvelles mesures ou bien de changer l’équipe ministérielle. Le message pour l’instant se cantonne à dire que le message est passé mais que les municipales ne sont pas une présidentielle. Ce n’est qu’à l’issue du second tour que François Hollande prendra une décision. Lundi, l’exécutif cultivait encore l’infime espoir de limiter la casse. « Soit c’est la catastrophe avec plusieurs grandes villes perdues, soit c’est un peu moins la catastrophe avec Paris et Strasbourg ou Toulouse qui restent à gauche », résume un proche du président de la République. Certains conseillers étaient, quant à eux, déjà ralliés au scénario d’une défaite plus forte encore dimanche prochain.

L’ampleur de la débâcle conditionnera la portée et le sens politique du remaniement. « Il y a une obligation de réagir. Ce sera le débat des semaines à venir », espère un conseiller ministériel. Entre d’un côté une ligne plus à gauche et plus écolo, avec laquelle Jean-Marc Ayrault peut espérer rester compatible et, de l’autre, le trio Manuel Valls-Arnaud Montebourg-Benoît Hamon, fait à la fois de discours républicain “intransigeant” et de protection économique.

Mais l’espace politique est étroit. Pour financer son « pacte de responsabilité », François Hollande a déjà annoncé 50 milliards d’économies. Les ministères sont en train de racler les fonds de tiroir et le choc, pour les ménages et les collectivités, sera forcément massif. « C’est digne des plans d’ajustement structurel du FMI », soupire un conseiller ministériel. Les mesures doivent être annoncées le 15 avril, en même temps que la France doit les présenter à Bruxelles. À moins de renverser la table, ce que l’Élysée se refuse d’envisager, les critères européens empêchent durablement le gouvernement de songer à des mesures de redistribution sociale.

Les “hollandais” historiques plaident ainsi pour que la politique du gouvernement soit mieux expliquée et que la majorité « vende mieux les mesures de gauche » comme les postes créés dans l’Éducation nationale ou l’accord sur la pénibilité. Les partisans du président sont convaincus que les électeurs ne rejettent pas tout en bloc – ils manifesteraient simplement une impatience pour des résultats qui tardent à venir – mais qu’il s’agit de mieux montrer l’équilibre de la politique menée.

Il peut donc aussi ne rien se passer. Ou presque. François Hollande est coutumier des vraies-fausses ruptures. Il l’est d’autant plus qu’il juge depuis des mois que les municipales et les européennes seront de toute façon mauvaises et qu’il en est ainsi de tous les partis au pouvoir. Que seule compte l’ultime échéance, celle de 2017, où il espère encore l’emporter. « La seule certitude, c’est qu’on ne peut pas changer de politique, dit un de ses proches. On peut seulement recaler le discours et les personnes pour gagner du temps, le temps que la tempête se calme. » Et un conseiller du gouvernement de glisser : « On connaît la préférence du président pour l’achat du temps. »

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Toutes les personnes citées ont été interrogées dimanche et lundi. La plupart ont demandé à être anonymes ou bien à n'être pas citées du tout.