Isabelle Balkany est menacée par une information judiciaire pour «favoritisme»

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les juges anticorruption traquent les avoirs cachés des Balkany aux quatre coins du monde, mais tout les ramène dans les Hauts-de-Seine. Le cœur du système, le fief. D’après nos informations, la justice exploite aujourd'hui un signalement effectué par le procureur financier de la chambre régionale des comptes d’Île-de-France, qui soupçonne Isabelle Balkany d’avoir commis un « délit de favoritisme », en 2008, sur un marché à 40 millions d’euros. Elle était alors vice-présidente du conseil général et grande papesse des affaires scolaires dans le département.