Cabinets de conseil : « On veut transformer l'administration sans elle, contre elle »

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Voilà qui n'est pas bon pour le président Macron et toute sa clique et qui va donc réjouir les lecteurs qui se plaignaient du mauvais traitement infligé par MDP  à leur idole Mélenchon !

Sur le fond, effectivement celà fait peur : ou la kyrielle de hauts fonctionnaires et conseillers grassement payés n'est pas compétente.....ou l'argent de l'état est facilement dépensé avec les amis de mes amis.

En plus, et le sujet est brûlant, les clauses de secret peuvent- elles être suffisantes dans leurs effets à mettre ainsi au parfum des cabinets de consultants....

Probablement que non, ce qui nous ramène à une double incompétence de ceux qui ne "savent" pas et qui ont pourtant recours à des cabinets qui ne savent guère plus mais qui sont très chers vu que leur client est....riche et.... dépensier !

Et il faudrait reconduire un tel gouvernement qui est capable, conseillé ou pas, de déconseiller aux prudents de porter un masque....avec l'effet que l'on sait....

Ça ne vaut guère mieux qu'un Mélenchon qui chante les louanges de la Russie et qui méconnaît donc, parce que non aligné ......la tragédie en cours ...

Juste Leblanc

donkichott avec un pseudo pareil bien prédestiné à la connerie,il te faudrait un minimum d'intelligence ,mais c'est beaucoup demander aux macronistes véreux, pour comprendre que l'arnaque des cabinets de conseils est consubstantielle de la macronie et de son incompétence, crasse à agir pour le bien commun!!!,si macron est ton idole  ,celle des friqués de l'oligarchie française, grand bien te fasse, nous n'avons  ni   idole ni maître à penser comme vous autres ,nous  à gauche,  le problème avec les macronnards  c'est qu'ils donnent sottement leurs façons de voire aux autres, et ils sont tellement arrogants et méprisants ,qu'ils se croient les plus  malins des escrocs!!!plus dure sera la chute !!!!

Les cabinets de conseil devraient également s intéressaient au suivi des ephads 

Rassurez-vous, ils le font étant donné que leur manière de fonctionner sort tout droit des conseils donnés par ces cabinets qui ont bien souvent une branche qui investissent dans les EPAHD.

Sur le site d'Arrêt sur images, une émission qui semble traiter de cette dérive du macronisme :

"Macron, c'est l'État qui détruit l'État de l'intérieur"

Si vous n'avez pas vu la conférence de presse interminable d’Emmanuel Macron (près de quatre heures) jeudi 17 mars, on vous propose un rattrapage un peu particu(...)

voire aussi les collectivités locales (communes ,agglos,départements ect) qui se font enfumer par ces parasites!!!!!

C’est en cela que la France c’est une Amérique bis, tout pour le privé 

j'arrête pas de le dire : dans les hostos notamment sous Sarko tout le monde a obéi à la tarification à l'acte, et il y a eu par ex. à St Malo (partout) de ces cabinets privés extérieurs de gestion qui se sont mis à rajouter des actes (fictifs ...) lucratifs dans les dossiers des malades ... ceux et celles qui ont dénoncées ces pratiques se sont fait(e)s casser (et par le conseil dit de l'ordre aussi, qui sanctionne en pratique(s) le respect du secret médical et a poussé à ses violations sous le/la Covid™ : plus      que dépassé, complètement soumis) - l'immense majorité des médecins et le reste des personnels, même syndiqués, obéissant comme des petits toutous à la consigne de faire du fric avec les malades, les jetant dehors en leur expliquant qu'ils/elles coûtaient cher à la sécu et ... leur faisant envoyer les factures 

après, les dirlos d'hôpitaux choisissent les médecins les plus dociles et les plus obéissant(e)s ... (et font embaucher une floppée de cadres surpayé(e)s qui n'en ont rien à f. des malades, n'y connaissent rien - se mêlent de tout, et pondent protocoles sur protocoles ...)

merde ! on a un métier où il y a des principes éthiques de base a priori pas difficiles à comprendre, perso j'ai jamais compris que mes collègues se couchent déjà devant un dirlo bac + 2 avec un diplôme de gestion, discutent " médecine " avec ... dès le début de mes études je voyais les Grands patrons (sadiques avec les malades et les étudiant(e)s) faire les carpettes devant la moindre secrétaire venant dire de faire ceci - pas cela → le pouvoir des médecins et des « soignant(e)s » est de protéger les malades, or ils/elles font l'inverse : il y a un facteur psychologique de soumission au « pouvoir » gestionnaire (et au fric ...) que j'ai donc, jamais compris ...

Ce n'est pas qu'en France : pratiquement toute la politique de l'UE résulte du travail de ces cabinets, par exemple c'est Blackrock qui a été choisi la Commission européenne pour définir les règles de la finance dite verte de l'UE.

Le parallèle avec les USA me paraît pouvoir renvoyer à des articles du Monde diplomatique :

Des juristes enviés autant que détestés - Etats-Unis, république des avocats

Clearstream, Kerviel, amiante : il n’est pas rare, dans l’actualité française, que les grands procès supplantent la politique. Aux Etats-Unis, poste avancé de la judiciarisation de la vie publique, les avocats — que leurs honoraires placent en haut de l’échelle sociale — forment une classe à part. Souvent démocrates, ils comptent au nombre des rares privilégiés que les républicains n’hésitent pas à fustiger.

Groupes de pression à l’assaut du Parlement - Quand les avocats d’affaires écrivent les lois

La loi bancaire présentée par le gouvernement français fin décembre a été largement inspirée par le lobby des banques. Contrairement aux promesses du candidat François Hollande, qui avait annoncé la séparation des activités de spéculation et de crédit, le système actuel ne sera finalement modifié qu’à la marge. Une nouvelle illustration du poids des cabinets d’experts, qui se sont peu à peu substitués à la fonction publique et aux élus.

"les dirlos d'hôpitaux choisissent les médecins les plus dociles et les plus obéissant(e)s ... (et font embaucher une floppée de cadres surpayé(e)s qui n'en ont rien à f. des malades, n'y connaissent rien - se mêlent de tout, et pondent protocoles sur protocoles ...)"

Et que préparent Blanquer et Macron pour les écoles, les collèges, les lycées ? Exactement la même chose : des dirlos qui recruteront à leur guise, qui leur plaira, sans aucun souci des compétences réelles de leurs copains, sur la base de leur simple soumission au système et à leur "dirloture". Et ciao les élèves : démerdez-vous pour vous former à vos frais si vos parents en ont les moyens.

france.attac.org/

un article sur ce sujet

Content ...  ils ont trouvé quelque chose    !

Ce n"etait pas sujet mais c'est exactement le meme mecanisme qui est utilisé lorsque des entreprises privées font appel à des cabinets pour mettre en place une réorganisation par exemple, des projets informatiques... Le consultant est là pour jouer un rôle qu'il serait difficile de tenir s'il appartenait l"entreprise. Du coup les employés qui participent à ces chantiers sont trompés sur les reels maître d'oeuvre. C'est le language de sourd. Si besoin le consultant fait office de fusible arrive un nouvel "expert senior...." pour le remplacer...

Tout à fait, à ceci près que l'Etat n'est PAS une entreprise !! Toute la mystification est là, et il faudra foutre tous ces prédateurs dehors, hors du champ de l'action publique. Dans les entreprises, que les salariés, et surtout leurs syndicats, résistent s'ils en sont capables. Donc, qu'ils se syndiquent, pour commencer.....
 

Se syndiquer ?

Je connais très bien une représentante syndicale qui refait sa maison et garde ses petits enfants avec ....ses congés syndicaux....

Les syndicats laissent des failles qui motivent la désaffection comme un Mélenchon  s'est illustré en géopolitique faisant preuve d'incompétence et d'alignement. .sur les non alignés !

Il est le désaveu d'une honnêteté intellectuelle et d'une saine représentation de sa députation....comme d'autres du RN ou de lrem.....

Tous pourris comme diraient les ...non syndiqués et autres dégoûtés de la politique !

Continuez à rêver .   Le jour !

Moi je rêve....la nuit ....

fait donc de beaux rêves ,avant le cauchemar en marche,macronl'escroc!!!

Vous souvenez-vous de LOUVOIS pour la paye des militaires et de SIRHEN qui devait remplacer toutes les applications informatiques de l'éducation nationale pour la gestion des personnels de leur recrutement à leur retraite en passant par leur paye ? 

Les cabinets de conseils étaient déjà à l'œuvre depuis longtemps contrairement à ce que j'ai lu sur un autre commentaire ; et avec les "brillantes compétences" que les informaticiens des ministères de l'intérieur et de l'éducation nationale ont eu à endurer. Quand il n'a pas fallu FORMER les brillants consultants KPMG ou CapGemini ou leurs fusibles, sur plusieurs années et en pure perte !

Oui, j'ai toujours pensé "Le pouvoir aux femmes !", plus avisées, douces et mesurées (etc)... Mais pour élire ces amazones, pitié pas des thatcher ou des van der leyen svp (ni des marion, marine, valérie "Karcher"...)

laughinginnocent
 

"le pouvoir aux femmes ! plus avisées, douces et mesurées...." que les hommes ? on en a des exemples : le pen, pécresse, hidalgo, schiappa, borne, pénicaud, morano, dati + celles du gouvernement macron ...... l'exemple même de la femme dans toute sa douceur, son humanité..

Vraiment celles là n'ont rien à envier aux hommes. Aussi dégueulasses, même des fois plus !

Ni de la Pen ni de Pécresse ni d'arthaud.....bref pas plus ni moins de femmes que d'hommes.. 

Arrêtons la demagogie féministe !

Merci.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

 
« on veut transformer l'administration sans elle, contre elle »

Plus clairement encore, "on" (QUI, au juste ?!?) veut combattre l'esprit du droit public français et sa conception très robuste et singulière de l'intérêt général telle qu'elle existait encore jusqu'à la fin des années 80, moment où l'idéologie anglosaxonne a commencé à s'y attaquer frontalement avec les "succès" que l'on constate.

Ce ne sont pas les amis des peuples, ces gens-là.

Je viens d'entendre un chef de service hospitalier (puisque le covid revient... Préparez-vous, ouhh !) tenir un discours proche du bon sens des commentateurs qui ne sont pas du sérail : ça commence à se voir, que "faire plus avec moins" ça ne marche pas bien longtemps :-/

Résistons.
 

L'envol de ces cabinets commencent dans les années 80 comme il l'est souligné ici, c'est à dire avec Mitterrand et  la gauche et  explosent  avec macron toujours issue de la gauche ( la droite servant d'idiote utile)....Et si l'on comprend bien ce que disent ces audacieuses jeunes femmes mais anticipé par TODD (les luttes de classes...)   nous assistons à un jeu de miroir comme on  peut le voir dans un film des Marx Brother.  Les expert du service public et ceux des cabinets privés sont les mêmes et s'intoxiquent car  ils se pensent plus performants avec  l'onction du privé alors qu'ils coûtent simplement plus chers à la collectivité et sont encore plus inutiles...le problème est tout de même que ces cabinets privés sont américains et qu'ils siphonnent  les secrets d'état français vers l'état américain.

soupe au canard : scène du miroir © marxnephew

Bah tout cela est révélateur de la société de l'argent roi......en politique comme en finance....

Le capitalisme associé à son frère libéralisme ont gagné !

En France, aux usa , en Chine et en Russie.....nous sommes tous alignés contrairement à ce que certains idéologies démagogues veulent faire croître....pour être élus !

Un smartphone dans chaque main en est un témoin patent...

  • Nouveau
  • 25/03/2022 10:54
  • Par

Il est bien connu que les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Non mais ils sont les payés.

Jusqu’à quand devra-t-on faire la démonstration que la mécanique de la privatisation des services publics est en route depuis les lois de décentralisation en 1983 (Defferre : encore un socialiste) ?

Avant 1983 l’Etat intervenait pour les collectivités dans tous les domaines qui prenaient un caractère de services publics (les transports, l’énergie, l’urbanisme et l’environnement notamment). Il n’y avait guère que l’eau potable qui était gérée par les communes et encore, les études étaient confiées à l’Etat. Il y avait bien quelques couacs de temps en temps, mais rien à voir avec les dérives mafieuses que nous connaissons aujourd’hui.    

Depuis il a fallu revisiter le code des marchés publics à maintes reprises (depuis 1964 il n’était applicables qu’aux marchés de l’Etat) pour tenir compte des principaux paramètres à faire respecter : la concurrence et la transparence.

Et en termes de transparence, le gouvernement Macron a tout fait pour gérer, seul, les dispositifs qu’il souhaitait mettre en œuvre en utilisant des mesures d’exception alors qu’elles ne s’imposaient pas. D’ailleurs l’amendement Ferrand proposé pour limiter cette transparence en raison du secret des affaires (mais retoqué à la suite des protestations de Transparency International France) en fait la démonstration.

Dès lors que les collectivités récupéraient des compétences, il fallait qu’elles se donnent les moyens de les maîtriser. Si toutes les communes étaient de même taille, cela aurait été assez facile, mais au contraire, les 36 000 communes du pays sont toutes différentes. Il fallait donc organiser les regroupements pour pouvoir confier à des cabinets privés (puisque les structures des communes étaient insuffisantes) les missions diverses et variées assurées par l’Etat avant les lois de décentralisation. Autant dire qu’en termes d’économie et de conseil, les résultats sont plutôt décevants. On ne compte plus les projets délirants qui ont englouti des montants de subventions énormes alors que l’implication de l’Etat-Conseil dans un projet permettait quelques parts de limiter la casse (j’ai bien dit « limiter »).

Les regroupements ont donc engendré une explosion des coûts de fonctionnement des structures (Elus, bâtiments, frais de transport et hébergement…) qui, forcément, devaient être compensés par des mesures de restriction des effectifs de fonctionnaires. On a donc fait appel à des cabinets privés dont les rémunérations sont financées par le budget d’investissement (conforme aux objectifs européens) mais qui doivent faire un diagnostic (sans que personne ne connaisse réellement le sujet, puisque les fonctionnaires ne sont plus là)  avant de commencer à travailler.  C’est donc ainsi, progressivement, que les projets des collectivités se sont plus rapprochés des objectifs politiques que des besoins réels de leur population avec une multitude de projets délirants allant de zones artisanales qui restent désertiques à la création de gare TGV en pleine nature, par exemple.

Finalement, on a misé sur la mémoire informatique pour remplacer la mémoire collective alors que le principal défaut de la première résulte des difficultés de trouver la bonne info dont le classement dans l’arborescence des connaissances est laissé à l’initiative de celui qui l’enregistre. Les audits et diagnostics sont donc devenus récurrents sans que les données exploitées soient forcément pertinentes. Un exemple parmi tant d’autres : l’analyse de la mortalité Covid sur la planète est la preuve que l’efficacité des mesures imposées n’est pas (officiellement) démontrée. Ce qui confirme que les cabinets privés sont d’avantage guidés (par nos élus) par des considérations politiques que par les besoins réels des populations.     

Voilà ce que Macron souhaite pouvoir faire , au cas particulier en matière de justice ? :

" Nommer Serge Tournaire aurait pu fâcher Nicolas Sarkozy " :

Eric Dupond-Moretti a bloqué la nomination du juge au tribunal de Paris

"Nommer Serge Tournaire aurait pu fâcher Nicolas Sarkozy" : Eric Dupond-Moretti a bloqué la nomination du juge au tribunal de Paris

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti.             ©Ludovic MARIN / AFP

Orange avec Media Services, publié le vendredi 25 mars 2022 à 10h52

En poste au pôle financier à Paris entre 2009 et 2019 , Serge Tournaire avait notamment instruit l'affaire Bygmalion, qui a valu à l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy une condamnation à un an de prison ferme , dont il a fait appel.

Une intervention liée à des " considérations politiques ou personnelles ". Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti est intervenu au dernier moment pour bloquer la nomination du juge d'instruction Serge Tournaire sur un poste au tribunal de Paris , selon Le Monde jeudi 24 mars.

Selon le quotidien , l'actuel juge d'instruction à Nanterre faisait partie des candidats pour remplacer Marc Sommerer comme premier vice-président chargé de l'instruction au tribunal de Paris. Le directeur des services judiciaires de la Chancellerie " avait (...) décidé de proposer Serge Tournaire " à ce poste.

Dans la liste de nominations de près d'un millier de magistrats ( appelée " transparence " ) publiée le 18 février , ce poste n'y figurait toutefois pas et , d'après Le Monde , " quelques heures avant la publication de la transparence , le nom de Serge Tournaire a été biffé ".

Un magistrat ayant travaillé avec Eric Dupond-Moretti au ministère a affirmé au journal que le nom du juge avait été rayé parce que " nommer Serge Tournaire aurait pu fâcher Nicolas Sarkozy  ", alors que ce dernier " semble hésiter entre un soutien à Valérie Pécresse ou à Emmanuel Macron " à la présidentielle.

En poste au pôle financier à Paris entre 2009 et 2019 , Serge Tournaire avait notamment instruit l'affaire Bygmalion , qui a valu à l'ancien président de la République une condamnation à un an de prison ferme , dont il a fait appel. Toujours selon Le Monde, " deux autres magistrats du siège (...) auraient été également retirés de la liste à la demande d'Eric Dupond-Moretti " alors que "plusieurs présidents de cour d'appel (...) avaient obtenu 48 heures avant (...) la confirmation, par la direction des services judiciaires , de nominations qui se sont volatilisées ensuite ".

" Pas de commentaires " d'Eric Dupond-Moretti

Sollicité , l'entourage du garde des Sceaux a indiqué qu'il ne faisait " pas de commentaires sur les situations individuelles des magistrats " et a invité à ne " pas faire de procès d'intention sur la transparence à venir " , un nouveau train d'une quarantaine de nominations étant prévu d'ici quelques semaines. Contactés par l'AFP , Serge Tournaire et le CSM ont indiqué ne pas souhaiter faire de commentaire.

Pour les postes de magistrat du  " siège " , statutairement indépendants , le garde des Sceaux dispose d'un pouvoir de proposition. Le candidat choisi fait ensuite l'objet d'un avis " conforme " ou " non conforme " du Conseil supérieur de la magistrature ( CSM ). Seuls les postes les plus en vue - chefs de juridiction , chefs de cour et magistrats de la cour de cassation - font exception : dans ce cas, le CSM choisit un candidat , " proposé " au président de la République.

Pour l'Union syndicale des magistrats ( USM ) , " cette intervention politique sur des nominations de juges démontre que le pouvoir de proposition pour les mutations de magistrats devrait être transféré au CSM et non laissé entre les mains du gouvernement ". " L'indépendance de l'autorité judiciaire et de ses acteurs ne devrait-elle pas commencer au stade des nominations ?" , a ajouté sur Twitter le syndicat majoritaire dans la profession.  "

Maserator ou le flou de la transparence à grande vitesse… avant de quitter les Sceaux avec les eaux boueuses qu’il aura laissé croupir pendant sa brève expérience au service de tout sauf du public. Espérons que Mc Kinsey ne soit pas mandaté pour faire un rapport sur tout ce qu’il a géré pour ses copains… de Monaco et d’ailleurs. Ça risquerait de coûter cher.    

Les célèbres rapports de Xavière Tiberi coutaient moins cher je crois..

  • Nouveau
  • 28/03/2022 09:07
  • Par

Certains de ces cabinets sont issus de l'Ena,Polytechnique,St Cyr,etc... donc ami-e-s de promo de certains fonctionnaires,et politiques actuellement en postes .

D'autres sont des enfants du personnel permanent  politique.

c'est de l'entre soi,surtout parisien (Paris le nombril du monde,et de la magouille)

Ex:

Pdg france de Blakrock;est un ancien haut fonctionnaire,qui s'est fait débauché.

Mckinsey:Directeur associé:Fabius fils.

etc....

Bravo pour cette émission très intéressante.

Ayant pu observer une partie de ce phénomène de très près depuis 10 ans, j'ajouterais 3 constats :

1. Ces gros cabinets sont également très utiles pour toujours relayer les conclusions voulues par les exécutifs, en matière d'organisation de l'administration mais également (et surtout) de politiques publiques. Les cabinets indépendants et les services internes se plient également souvent à ce jeu de la "comm", mais parfois en résistant ou avec des nuances, ce qui expose à des pressions ou à des censures (je peux en témoigner). Si vous voulez faire de l'archéologie, le premier rapport d'évaluation du "Grenelle" est un bon exemple de ce zèle dans la comm (du moins dans les synthèses) par un très gros cabinet, pourtant pas le mieux place pour ce type d'évaluation... Mais il est clair que le macronisme est une religion assez incroyable de la "comm' sans limite"

2. Les administrations et agences n'ont pas la même culture de la "comm sans limite" : certaines ne font rien évaluer, d'autres font des évaluations et trafiquent les résultats et d'autres ne les publient pas quand les résultats ne les arrange pas (à la dispo de la rédaction si vous voulez des pistes...) . Après, dans quelques cas, des évaluations sont faites librement et publiées (ça existe!), mais l'essentiel des constats et recommandations n'aboutissent à rien...(voir notamment les travaux sur le CICE ou sur de nombreuses autres dépenses fiscales, qui concluent à des effets très limités pour des coûts gigantesques et sont suivis par... un accroissement de ces aides fiscalo-sociales)

3. Le recours croissant à ces cabinets "géants" est effectivement une conséquence (puis une cause) du dépeuplement des administrations, l'exemple donné de la gestion des instructions est réel et prototypique (pour d'autres études des regards extérieurs peuvent être davantage justifiés). Mais cette privatisation croissante n'est qu'une illustration des objectifs plus généraux de beaucoup de politiques publiques : non pas transférer toutes les activités au privé, mais surtout les plus rentables. Les cas des autoroutes, du marché de l'électricité et de la santé sont bien connus et décrits (notamment ici!). Plus récemment je vous invite à aller voir ce qui se trame du côté de l'apprentissage et de la formation en général (avec la bénédiction de l'urgence économique...), de la rénovation énergétique (avec les travaux à 1 euro et autres low cost industriels) et du logement social (pour les ESH ou les acheteurs de logements sociaux bien placés...)

Le pire est que nous sommes dans un pays où il y a des milliers de personnes formées à faire des enquêtes, des études, avec une richesse incroyable d'approche possible, or, que font nos gouvernements, ils consultent des cabinets totalement nuls...

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous