Germain (PS) et Solère (UMP): la primaire peut-elle tout chambouler?

Par et

L'organisation par les partis de primaires, leur principe et leurs conséquences peuvent être énormes sur le fonctionnement de la Ve République. Pour en débattre: le député socialiste Jean-Marc Germain, qui a participé à l’organisation de la primaire PS en 2011, et le député UMP Thierry Solère, qui prépare la primaire UMP de l’automne 2016.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

La primaire, formule magique ou machine infernale? © Mediapart

Pour son 47e numéro, «Objections» vous propose un débat sur la primaire, organisée aujourd'hui par l'UMP après l'avoir été par les socialistes avant l'élection présidentielle de 2012. Ce dispositif de sélection du candidat à l'élection présidentielle pourrait bouleverser à terme l’organisation interne des partis politiques, et même des institutions.

Expérimentée par les socialistes en 2011, la primaire eut un retentissement énorme puis fut suivie d’une victoire électorale aux retombées moins triomphales. François Hollande a avec cette primaire bénéficié d’un principe qu’il avait auparavant combattu. Et Martine Aubry avait mis le dispositif en place alors qu’elle n’y était guère favorable. À la tête de son cabinet, Jean-Marc Germain, aujourd’hui député socialiste, avait suivi pas à pas la mise en place de toute l’opération.

Quatre ans plus tard, l’UMP s’y met aussi, dans un contexte un peu différent. Il y a ceux qui rêvent à voix haute de ce dispositif pour deux raisons : en premier lieu, la primaire passe pour un sésame vers l’Élysée (ce qui est une illusion…), et en second lieu ce système est le seul qui pourrait contrecarrer le retour de Nicolas Sarkozy. Sarkozy fait partie de ceux qui regrettent tout bas l’existence de la primaire, pour mille raisons dont une bonne dose d’intérêts partisans. Mais il a fini par s'y ranger. L’idée était trop avancée. Thierry Solère, député UMP des Hauts-de-Seine, qui n’est pas l’un de ses amis, fait partie du groupe qui la prépare. Cette primaire ouverte aura lieu à l’automne 2016.

C’est sur ce dispositif de type américain, sur ses conséquences, ses perspectives, et même sur la remise en cause du fonctionnement de la Ve République qu'il implique, que les deux hommes échangent dans cette émission.

Nos articles sur la primaire UMP sont ici

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale