Mélenchon: une défaite aux airs de victoire

Par

Le candidat de La France insoumise a échoué à créer la surprise lors du premier tour de la présidentielle, en finissant à la quatrième place. Il a réservé son appel au vote pour le second tour. En arrivant très largement devant le PS, il se place comme incontournable à gauche pour la reconstruction à venir.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Évidemment, la déception est palpable. Mais le cœur y est malgré tout. À 20 heures, dimanche soir, lors de l’apparition des premiers résultats à la télévision, donnant Emmanuel Macron et Marine Le Pen qualifiés pour le second tour, les militants de La France insoumise réunis devant le Belushi’s, le QG choisi, non loin de la gare de Nord, par Jean-Luc Mélenchon pour sa soirée de premier tour, crient « Dégagez, dégagez ! ». Plus de 300 journalistes ont été accrédités, et dans le QG, les militants se font rares, qui restent dans la rue. Jean-Luc Mélenchon est annoncé à la troisième place, avec environ 19 % des voix. C’est peu et c’est beaucoup. 

C’est peu, parce que la dynamique de ces dernières semaines pouvait faire espérer une « qualification » pour le second tour. Vendredi soir, à l’occasion des « apéritifs insoumis » organisés un peu partout en France, Jean-Luc Mélenchon s’était rendu dans le XIXe arrondissement, à proximité du parc de Belleville, en compagnie de Pablo Iglesias, du parti espagnol Podemos, et de Marisa Matias, du Bloco de esquerda (Portugal). Sur place, la ferveur militante semblait dire que tout était possible. En résonance avec cette fin de campagne, où les meetings faisaient le plein, la présence des Insoumis sur les marchés était patente, tout comme sur les réseaux sociaux. 

C'est beaucoup, parce que c'est une hausse spectaculaire par rapport au score de Jean-Luc Mélenchon en 2012. Le candidat du Front de gauche avait recueilli 11,11 % des voix, il fait cette fois-ci, avec La France insoumise, autour de 19 %. C’est beaucoup, aussi, car au sortir d'un quinquennat de François Hollande, élu par la gauche, le résultat de La France insoumise fait figure d’ovni. « Je suis très fière de ce qu’on a fait », dit Corinne Morel Darleux, du Parti de gauche, l’une des composantes de La France insoumise. « Je souhaite bon courage à celui ou celle qui dirigera la France après le second tour », ajoute-t-elle. 

L’irruption du mouvement de La France insoumise dans le paysage de la gauche française constitue une victoire malgré la défaite pour Jean-Luc Mélenchon. Reste cependant à la concrétiser à l’occasion des législatives. « Ce sera la belle », dit Corinne Morel Darleux, avant de compléter : « la belle colère »

Cette colère était tournée dimanche soir en partie contre le PS. Pour certains, Benoît Hamon porte une responsabilité dans le score du jour. Si mathématiquement, ces militants sont dans le vrai, rien ne prouve qu’un retrait ou un appel à voter du candidat du PS dans les dernières semaines eût changé quoi que ce soit. La prise de position de François Hollande, président de la République sorti de son silence pour dénoncer les dangers de Jean-Luc Mélenchon il y a quelques jours, reste aussi en travers de la gorge. La France insoumise a fait cavalier seul de bout en bout et doit prendre son score, dans sa force et dans sa faiblesse, d’un seul tenant.

L'arrivée de Jean-Luc Mélenchon au Belushi's, dimanche soir © CG L'arrivée de Jean-Luc Mélenchon au Belushi's, dimanche soir © CG

Au-delà même du fait d’être passé devant le PS, La France insoumise estime s’être constituée en vrai mouvement social durant cette campagne. « Quel que soit celui qui l’emporte dans deux semaines, il ou elle aura en face une marée d’insoumis », estime Corinne Morel Darleux. De fait, pendant la campagne, Macron était qualifié de « candidat de l’extrême marché », opposé à Marine Le Pen « candidate de l’extrême droite ». La question du second tour s'est donc posée très tôt dimanche soir. Sur un plateau TV, Raquel Garrido, du Parti de gauche, se montre hésitante. Un vote doit être organisé pour fixer une position au sein de La France insoumise.

Intervenant vers 22 heures, Jean-Luc Mélenchon le redit : « Je n’ai reçu aucun mandat des 450 000 personnes qui ont appuyé ma candidature », celles-ci seront « amenées à s’exprimer sur la plateforme ». Le candidat de La France insoumise a regretté qu’il n’y ait eu aucune « prise de conscience écologique » de la part des deux candidats qualifiés qui, en outre, « comptent s’en prendre une fois de plus aux acquis sociaux ». « Je vous appelle à rester groupés et en mouvement. car les défis que nous avons nommés, ces défis restent à relever. Ceux qui prétendent aujourd’hui à l’honneur de nous représenter, tous, ont déjà montré qu’ils étaient incapables de les relever », a encore dit Jean-Luc Mélenchon. 

Au premier rang, Jacques Généreux, économiste qui a participé au programme de La France insoumise, garde le sourire. De même que Zoi Konstantopoulou, ancienne présidente Syriza du parlement grec, partie au moment du référendum de 2015. Dans la foule rassemblée là, personne ne compte abandonner le combat ainsi. « Il va y avoir quelques plaies à panser avec le PS », dit un militant qui décide de « garder le moral ». « Il reste des plaies à panser mais on les pansera », ajoute-t-il. 

Tout reste à construire pour La France insoumise. La question des législatives est encore loin d’être réglée. Le PCF de Pierre Laurent, qui a d’ores et déjà appelé à voter contre Marine Le Pen au second tour, n’a toujours pas trouvé d’accord avec La France insoumise. Ensemble, qui a déjà trouvé un accord, a lui aussi appelé à voter Macron. À son arrivée au QG, Marie-Pierre Vieu, du PCF, n'a pas un mot pour les journalistes mais est entourée de militants. La dynamique à gauche est encore entre les mains du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, mais ses candidats, souvent des inconnus, n’ont que quelques semaines pour se faire connaître. Ou créer les conditions d'une dynamique unitaire à gauche, qui puisse continuer de changer la donne.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale