Les très coûteuses formations des élus communistes

Par Mathieu Périsse (We Report POUR MEDIACITÉS-LYON)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je suis une personne intègre, je ne veux pas tremper dans des magouilles… » Le ton est déterminé. À 57 ans, Mohsen Allali le répète, il n’a « rien à cacher ». Parmi les élus communistes et apparentés des dernières « banlieues rouges » de Lyon, il est l’un des rares à parler ouvertement. Conseiller municipal de Givors depuis 2014, cet employé chez un bailleur social local a quitté la majorité après les déboires judiciaires de Martial Passi, l’ancien maire (PCF) de la ville, condamné en première instance en juillet dernier à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité pour « prise illégale d’intérêt ». Après, surtout, la publication d’un rapport incendiaire de la Chambre régionale des comptes (CRC), qui s’est penchée sur la gestion de la ville entre 2009 et 2015.