Près de Roissy, à la rencontre d’étrangers enfermés trois mois pour une expulsion aléatoire

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En le voyant traverser la cour, avec ses godillots et sa combinaison de travail à bandes fluo, on se dit qu’il vient couler du béton ou réparer les barbelés. Drissa* entre finalement dans le bâtiment du fond, celui des chambres et douches. Pour la plomberie peut-être ?