La «violence institutionnelle» de Parcoursup déstabilise les lycéens

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Étonnamment, avant le verdict, aucun des quatre élèves de terminale que Mediapart suit depuis le début de la procédure d’admission post-bac n’était stressé (les articles qui leur ont été consacrés sont à relire ici et ). Le 22 mai, à 18 heures tapantes, ces lycéens ont tous essayé de se connecter sur la plateforme Parcoursup. Bien entendu, le site était inaccessible en raison d’une surcharge de trafic (prévisible) qui a duré une petite heure. Résultat pour notre panel : quelques désillusions, un peu d’attente, des stratégies à échafauder et une affectation d’ores et déjà satisfaite.