Bifurqueurs : « Mettre ses compétences au service de ses valeurs »

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

1 commentaire remarqué par l’auteur·e

Tous les commentaires

Une idée superbe

Il y a tout un tas de jeunes architectes qui bifurquent à la sortie de l'école, et depuis longtemps.

Certains ont activitement participé à l'élaboration de techniques expérimentales de construction écologique ou, plus courant, au maintien et au développement de savoir-faires constructifs séculaires en matière de construction en terre, y compris dans les pays du Sud (beaucoup étaient passés par le laboratoire Craterre).

Certains ouvrent des recyclerie, des associations de formations aux techniques de construction écologique, là encore depuis une quinzaine d'années. D'autres se sont formés sur le terrain auprès de vieux routards de la participation habitante (Kroll, Bouchain,...) et montent des associations d'accompagnement des projets participatifs. 

Mais on ne parle jamais dans les médias de ces architectes aux pieds nus, car eux n'ont pas de remise de diplômes sous les ors de la République. Bah, ils ne sortent pas de grandes écoles. Juste de petites écoles de province. 

Prendre le mal à la racine. Tel devrait être la feuille de route des formations agronomiques et d'ingénieurs plus largement.

Il semble que business as usual soit le seul horizon proposé à la jeunesse. Y compris en transformant l'enseignement supérieur en business.

Heureusement les plus hardis et courageux, les plus lucides et informés, relèvent la tête et agissent, face aux vrais enjeux. Chapeau !

Excellente émission qui mériterait un prix avec mention spéciale pour la démocratie de terrain et la qualité des expériences à cent lieues des faux politiques qui dominent les médias : voilà la bifurcation politique en oeuvre : merci aux quatre invités !

Merci de faire une émission sur l'agriculture ! Cela manque !

Merci pour cette superbe émission!!

Merci pour l'émission et les témoignages :) Pour avoir fréquenté un labo peuplé de chercheur·euses en sciences sociales et d'ingénieur·es, cette émission illustre aussi les causes de la faiblesse de la pensée transformatrice chez les ingénieur·es. Avec une collègue issue de Centrale, nous étions effarés de voir que dans sa formation, la question méthodologique et épistémologique était complètement passée à la trappe... Résultats, des étudiant·es qui pensent que le "vrai" n'est qu'affaire de calculs, enfermé·es dans une conception étriquée et datée de la rationalité ! Et pire, perché·es sur la certitude liée à l'élitisme de leur parcours... Face aux problèmes écologiques, et cela a un ou deux échos dans l'émission, on pense alors "mécanique", "solutions techniques qui existent d'après le GIEC", ce qui s'oppose en théorie, et pas nécessairement en pratique, à la réalité des processus sociaux de transformations pluriels.

Navré mais Jean Viard n'est vraiment, mais alors vraiment pas, un chercheur de référence ! Pour la compréhension et l'analyse des transformations écologiques : Geneviève Pruvost, Anna Tsing, Joëlle Zask, Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Fabrice Flipo (parmi tant d'autres).

Le hold-up est général. Les ultrariches sont détournés à leurs profits l'Etat, les décrets et les lois qui favorisent leurs intérêts, mais aussi l'intégralité du système d'éducation qui forme les petits soldats qui leur permettront de mener leur guerre économique au détriment des intérêts communs... et ce jusqu'au suicide collectif, parce que ces gens-là ne veulent pas changer une système qui leur permet d'accéder  à des statuts divinement royaux. Ils se veulent donc au dessus de la réalité et des finitudes concrètes. Leur aveuglement est dangereux pour l'ensemble du vivant.

Bravo aux bifurceurs de tous les âges.

Lamentable! A Mediapart, il va falloir apprendre à faire du journalisme! recouper les sources! La communauté des agros est morte de rire devant ces blancs-becs qui inventent l'eau chaude! 

Cher Lucifer. Avec votre pseudo, je comprends que vous avez l'eau chaude gratuitement. ;) . Néanmoins, je vous propose de laisser les personnes qui n'ont pas cet avantage en nature, mettre en place une eau chaude sans faire tourner des centrales nucléaires et leur déchets. Belle et chaude journée à vous (il paraît que nous aurons tous bientôt des chaudes journées). JMichel

Bonjour, vous crier à la honte sur chaque article qui parle de bifurcation. N'hésitez pas à documenter votre conviction.

David

  • Nouveau
  • 26/05/2022 10:23
  • Par

Excellent d'avoir donné la parole à ces ingénieur.es.

Où l'on apprend le formatage systématique des futur.es salarié.es des monstres agro-alimentaires et, de façon aberrante, la mise sous silence des solutions alternatives (AMAP, agro-écologie,...).
Ces bifurqueur.ses n'en sont que plus courageux de se positionner contre le système écocidaire.
Il faut espérer qu'elles et ils sont les dignes représentant.es d'un vrai mouvement de fond.
La relève... ?

Se lancer dans l'élevage pour envoyer ses animaux à l'abattoir, c'est ce mettre au service de ses valeurs???

J'adore le mot bifurquer, pour moi il veut dire "emprunter un autre chemin que celui tracé par vos parents ou la société dans le but de suivre le sien, plus approprié à ses valeurs, au combat que l'on veut mener". J'ai quitté parents et collège à 14 ans, côtoyé, pour atteindre mes objectifs, enfer et paradis, j'ai suivit MA route et à 67 ans je n'en retire que du bonheur, si c'était à refaire ...

Sans présager du prochain gouvernement ... oui il y a des mesures politiques qui pourraient rétablir la balance entre l'agriculture à taille humaine et l'industrie agro-alimentaire, quelques milliers d'actionnaires en moins pour des centaines de milliers d'agriculteurs (et autant de foyers) en plus, le soutien de l'état et la répartition des budgets de la PAC doivent aller dans ce sens et radicalement, un seul mouvement (rassemblement) a de tels propositions dans son programme pour les législatives, lequel ?? (vous avez 30 secondes) ...

que c'est gênant de la part d'un média à qui on aimerait faire confiance de constater dès le début de l'échange que le journaliste n'a pas bossé et donne l'info que les 8 jeunes ont refusé leur diplôme

ses témoignages sont cependant interessants

Bifurquer, c'est aussi un art pour mettre ses compétences au service de ses valeurs... il s'agit de le faire avec méthode !

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous