Le plan d’austérité sera plus violent que prévu

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au plus fort des turbulences générées par l'affaire Woerth-Bettencourt, dans un climat social très dégradé du fait de la réforme des retraites, Nicolas Sarkozy a donné des consignes strictes à tous les membres du gouvernement: le mot «austérité» est tabou. Interdit de le prononcer, tout comme d'ailleurs celui de «rigueur», pourtant plus elliptique.