Le plan d’austérité sera plus violent que prévu

Par
Dans un climat social dégradé à cause de la réforme des retraites, Nicolas Sarkozy attend le mois de juillet pour annoncer le détail du plan d'austérité. Il sera violent, d'autant que la reprise sera moins forte que prévu en 2011. «Il va falloir en faire plus que ce que pensent tous les ministres!», prévient Christine Lagarde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au plus fort des turbulences générées par l'affaire Woerth-Bettencourt, dans un climat social très dégradé du fait de la réforme des retraites, Nicolas Sarkozy a donné des consignes strictes à tous les membres du gouvernement: le mot «austérité» est tabou. Interdit de le prononcer, tout comme d'ailleurs celui de «rigueur», pourtant plus elliptique.