Les plus bas revenus soustraits à l'impôt

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Une de mes filles a des revenus tellement bas que le fisc lui a envoyé un chèque de 500€. 

Ca ne me paraît pas être de la rapacité.

Enfin, du côté de son employeur oui ! 

 

Pour monter des usines à gaz,ils ont la palme.

François Hollande vat-il battre le sapeur Camenbert ?

Rien à ajouter, le tableau semble complet, cependant :

"Ce changement n’est possible que par un mouvement unitaire des citoyens puissant

"Qu’enfin les citoyens puissent se saisir de « l’autre manière de gouverner » au service du plus grand nombre..."

Auriez-vous une idée de l'agenda sont disposent les citoyens et des pistes pour activer ce puissant levier ? 

 

 Précision importante /  Didier MIGAUD député socialiste nommé President de la cour des comptes par N.Sarkozi .


Ils sont nombreux les socialistes a se tenir par la Barbichette avec la droite. Migaud ,Jouyet Kouchner.......

Si on pouvait écrire l'histoire, ça se saurait mais déjà, on peut tenter à chaque fois que possible de s'en saisir : Manifestation interprofessionnelle : cheminots, intermittents, précaires, fonctionnaires…
Manifestation unitaire lancée par la CGT, FO et Solidaires jeudi 26 juin

Jeudi 19 juin, l’Humanité

La manifestation interprofessionnelle a réuni le 19 juin des milliers de cheminots, intermittents, fonctionnaires, personnels hospitaliers et défenseurs du service public. Leur point commun ? « Tous victimes du plan d’austérité de Manuel Valls ». Leur force ? « La convergence des luttes pour se faire entendre », précisent les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires, initiatrices de ce mouvement unitaire.

Dans le prolongement du mois de mai « social » rassembleur et contestataire, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires ont organisé en fin de matinée une manifestation interprofessionnelle pour « amplifier la dynamique contestataire face au plan d’austérité de Manuel Valls ». Pour Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT Cheminots, c’est une « nécessité de faire converger les luttes et de rassembler les salariés car ce gouvernement ne peut continuer à nous opposer ». Des milliers de salariés de la fonction publique du secteur hospitalier ou de l’Education nationale, pour ne citer qu’eux, ont répondu présents.

« Parce que nous sommes victimes d’une crise qui n’est pas la nôtre et que nous voulons sauver notre service public », explique Michel, agent territorial de Seine-Saint-Denis. Il est venu manifester, comme le mois dernier, avec son camarade Alain, nouveau retraité « angoissé et ruiné » : « Vive la retraite, vive l’Etat ! » Quant à Fabienne Rébérioux, salariée au sein de la confédération CGT, elle se veut « solidaire avec les cheminots, en grève depuis huit jours ».

En parlant d’eux, les voilà qui arrivent boulevard de Montparnasse, fumigènes rouges à la main, drapeaux CGT et SUD-Rail entremêlés, chantant à tue-tête : « On va tout péter, on va tout péter, on va, on va… ». « Ils sont remontés. Les amendements passés cette nuit à l’Assemblée ne sont pas allés assez loin pour que les cheminots cessent la grève », déplore un salarié responsable de l’accueil à la SNCF. Fatigués, exténués, les cheminots ne lâchent rien même si l’examen de la réforme ferroviaire touche à sa fin à l’Assemblée nationale. Et même si la direction de la SCNF annonçait ce jeudi un taux de grévistes de 10,48%… « Une insulte » pour les cheminots.

« Ce chiffre est erroné. Par notre présence dans la rue, on répond à la direction que nous sommes toujours actifs et que nous n’avons pas dit notre dernier mot », intervient un cheminot parisien, qui a voté pour la reconduction de la grève, demain. « Neuf jours de grève, c’est long, c’est même très difficile financièrement mais c’est nécessaire », explique le cheminot. Parce que l’heure est grave. Durant la marche, il dénonce les problèmes de régulation, de technique causés par le manque de personnel et d’entretien car « on nous dit que la SNCF n’a pas le budget pour intervenir ». Pire, le conducteur de locomotive confie « tourner avec des machines qui datent de 1960. Il ne faut pas s’étonner d’un accident mortel comme celui de Brétigny après ». La faute à qui ? « Pas aux cheminots en tout cas. On fait un travail de titans », explique celui qui de nombreuses fois a du intervenir avec ses collègues, sur les rails, dans un train ou dans une gare, in extremis avant le drame.

« Ça ne peut plus durer. La réforme du ferroviaire doit améliorer les conditions de travail et l’équipement avant de penser rentabilité et ouverture à la concurrence », précise un cheminot de Provins, en grève depuis neuf jours. « D’ailleurs, si on est en grève c’est aussi pour assurer un meilleur service à nos usagers », précise-t-il. Un acte respecté et salué par un intermittent, employé dans la télévision, qui soutient « entièrement la grève des cheminots » et se révolte contre « les usagers qui râlent que le réseau soit ralenti ». « Il faut défendre notre service public », conclue l’intermittent, venu pousser un coup de gueule contre l’accord du 22 mars, qui le concerne plus particulièrement.

...

L’unité fait la force

Cheminots, intermittents, personnel hospitalier, professeurs, agents territoriaux entassés dans un seul et même cortège car l’adversaire est commun : « ensemble contre le pacte d’austérité de Manuel Valls ». Alors que Frédéric Cuvillier tentait encore récemment de diviser les mouvements, citant « des combats catégoriels », Gilbert Garrel précise, cet après-midi, que « le gouvernement ne peut continuer à nous opposer, nous faisons la démonstration aujourd’hui que nous pouvons être rassemblés, unis, et notre colère, nous l’exprimons ensemble ! »

D’ailleurs, un intermittent du spectacle est en train de discuter de « leur misère au travail » avec un infirmier, vêtu de sa blouse blanche « devenue peu utile à l’Hôtel-Dieu ». « Même s’il y a eu quelques avancées sur la réouverture partielle des urgences à l’Hôtel-Dieu, nous devions être présents aujourd’hui car c’est une journée symbolique d’unité avec un message fort », raconte Claudine, délégué syndical CGT de l’Hôtel-Dieu. Un message repris par les intermittents du spectacle, artistes et techniciens, venus en masse, qui menacent d’annuler des festivals d’été, comme en 2003, si le gouvernement ne revient pas sur l’assurance chômage.

Prochain rendez-vous le 26 juin à 14h30 à la Bastille pour une manifestation intersyndicale. « Le mouvement continue ! » D’autres rassemblements prévus en cliquant sur la carte :

Toutes ne sont pas encore répertoriées sur cette carte interactive. Renseignez-vous sur les différents sites des sections syndicales pour connaître les rassemblements près de chez-vous.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Évadés fiscaux, Laurent Ruquier,on aime ou pas, a lancé un pavé dans la mare qui mérite d'être puissamment relayé,ce me semble,c'est un tout premier déclic ! qu'en pense la direction de Médiapart ?

  • Nouveau
  • 24/06/2014 18:44
  • Par

Bonsoir, il serait bon d'ajouter au titre "impôt SUR LE REVENU". Ces gens-là paient beaucoup de TVA et de taxes sur l'essence. Merci.

Cetteb mesure  est bien sûr un effet de communication...Mais ses effets sont dévastateurs car :

1°) Elle fait perdre aux plus bas revenus que les Services Publics ont 1 coût (créches,écoles, hopitaux) Quand alors vous ne payez rien, du fait des Minimas socaiux, vous n'avez pas l'impression qu'il est normal de contribuer un peu au fonctionnement de ces services???

2°) Pourquoi ne pas faire payés les plus riches? Mr Hollande s'est dit hostile à l'augmentation de  la taxe de séjour (avec 1 maxi de 1.5 E par jour!) pour les palaces 5***** et hôtels de grand luxe???

A ce tarif là, à  Neuily (je n'ai aucune jalousie envers ses habitants) on va finir par vôter à gauche, c'est plus efficace!

Rappelons quand même, que malgré la crise, les personnes les plus aisées ont vu leur revenu augmenter de 13 %....moi, mon salaire est gelé depuis 2010.

4) cette mesure coutera 1 milliard et sera compensé par les recettes de la lutte contre la Fraude Fiscale!!

c'est de la poudre aux yeux.J'ai des amis très proches qui travaillent dans le contrôle Fiscal. Leurs armoires débordent de dossiers à contrôler qu'ils n'auront pas le temps de tout voir...à moins de dormir sur place!

L'administration Fiscale est une des administration qui a le plus souffert  des plans d'austérité : Chez eux plus de 6000 postes ont été supprimés depuis 2005 et çà continue encore..et le services de contrôle fiscal ne sont pas épargnés.Dans le service où mon ami travaille un inspecteur (le plus haut grade) partant en retraite n'a pas été remplacé et un poste de contrôleur a été supprimé...

J'aurais été content que le ministre accompagne cette mesure pour les bas revenus de la création de postes de contrôleurs Fiscaux! Ce n'est pas le cas hélas...

 

 

 

 

 

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale