A Montpellier, le combat pour la mixité à l’école des parents du quartier du Petit Bard

Par Nejma Brahim

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans une salle de travail « empruntée », faute de local, les doigts de Fatiha tambourinent calmement sur la table. Elle raconte, d’une voix douce mais ferme, le combat dans lequel elle s’est engagée il y a trois ans, aux côtés d’une quarantaine de parents. Tous sont originaires du Petit Bard, un quartier populaire de Montpellier. « Ne me demandez pas combien j’ai d’enfants, je vous répondrai 800 », anticipe la jeune femme, qui refuse de « personnifier » le débat.