Bachelet: 55.000 personnes liées à l'EI doivent être jugées ou libérées

Par
Michelle Bachelet, Haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme, a déclaré lundi que 55.000 combattants du groupe Etat islamique et membres de leurs familles, prisonniers en Syrie et en Irak, devaient soit bénéficier d'un procès équitable soit être remis en liberté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

GENEVE (Reuters) - Michelle Bachelet, Haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme, a déclaré lundi que 55.000 combattants du groupe Etat islamique et membres de leurs familles, prisonniers en Syrie et en Irak, devaient soit bénéficier d'un procès équitable soit être remis en liberté.