La question d’agenda qui fait imploser la commission Cahuzac

Par et

Les députés UMP ont suspendu leur participation à la commission d’enquête sur l’affaire Cahuzac, après le refus d’auditionner Jean-Marc Ayrault. En cause, la réunion du 16 janvier, où aurait été prise la décision de la procédure d’entraide fiscale, parallèle à l'enquête judiciaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Commission parlementaire au bord de la crise de nerfs. Ce mercredi, au lendemain de la deuxième audition de Jérôme Cahuzac, les membres socialistes de la commission d'enquête parlementaire sur les dysfonctionnements de l'État pendant l'affaire Cahuzac ont refusé d'auditionner le premier ministre Jean-Marc Ayrault, comme le demandait l'opposition. Au terme d’un scrutin serré, 10 voix contre 8, ce refus a entraîné l’ire des députés UMP, qui ont décidé de suspendre leur participation à la commission.