Nouvelles migrations (1/4) Les allers-retours des émigrés polonais

Par

Premier volet d'une série sur la mobilité croissante des migrations. Citoyens de l'Union européenne depuis 2004, les Polonais profitent pleinement de leur droit à aller et venir pour travailler à l'Ouest sans s'y installer définitivement. La moitié de ceux qui ont choisi le Royaume-Uni ces dernières années sont déjà revenus chez eux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois semaines à Londres sur un chantier, six jours à Varsovie pour se fournir en matériel, un mois à Westminster à la recherche de nouveaux contrats, sept semaines à Cracovie pour revoir la famille : le plombier polonais, tant décrié en France au moment du référendum sur le Traité constitutionnel européen en 2005, est en train d'inventer un nouveau modèle migratoire à l'échelle européenne fait d'allers-retours entre l'ouest et l'est de l'Europe. Circulant librement à l'intérieur de l'Union européenne depuis le 1er mai 2004, il donne corps à l'hypothèse selon laquelle l'ouverture (même régulée) des frontières favorise la mobilité des migrants, tandis que la fermeture incite à la sédentarisation.