Contre la démobilisation sociale, Olivier Besancenot veut un NPA «endurant»

Par
A l'occasion de l'ouverture de ses universités d'été, le Nouveau parti anticapitaliste a tenu meeting, dimanche 23 août, sur la plage de Port-Leucate (Aude). Après les rituels récits de lutte, dont celui du leader des salariés de Continental, et des interventions sur l'écologie et la Palestine, le porte-parole du NPA, Olivier Besancenot, a dressé un premier bilan du «processus» engagé. Bien plus qu'un accord électoral avec Jean-Luc Mélenchon ou le PCF, il a surtout insisté sur la nécessité pour le mouvement de se consolider en prévision des luttes sociales à venir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rentrée modeste pour le NPA. Pour ses premières universités d'été depuis qu'il a remplacé la LCR, le nouveau parti anticapitaliste fait dans l'humilité. Le score décevant des européennes (4,9%) et les difficultés du mouvement social n'ont pourtant pas découragé les militants, qui sont 1.350 à s'être inscrits (plus que l'année passée) au village-vacances des Carrats, à Port-Leucate (Aude). Et pour son meeting d'ouverture, dimanche 23 août, Olivier Besancenot a tenu à recadrer un parti un brin déstabilisé par la fin de son état de grâce.