Menacé d’expulsion, le jeune Angolais Aluisio obtient un léger sursis

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jeudi, devant la deuxième salle du TGI de Toulouse, le nom d’Aluisio Quintai ne figurait pas sur la liste des prévenus de l’audience du jour. On pouvait en revanche y lire celui de Domingos Nguza, né le 5 juin 1995 et « de nationalité anglaise ». Passons sur la faute de frappe qui le fait glisser de citoyen angolais à sujet de la Couronne britannique… Aluisio, muni d’un acte de naissance daté du 15 novembre 2000, a toujours réfuté être le Domingos du passeport que lui attribuent les autorités françaises depuis son arrivée en 2015, en provenance d’Angola. Une situation « ubuesque » résume Lucile Venet, mère de l’une de ses deux familles d’accueil. Fatiguée mais ravie, ce vendredi matin, d’avoir pu le ramener « à la maison », à Arles, après trois jours d'angoisse entre le centre de rétention administratif (CRA) de Cornebarrieu et le tribunal de Toulouse.