Enseignement privé : interdits de concours, «certains ont failli craquer»

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour le ministère de l'éducation, ils n'existent pas. Tunisiens, Marocains, Algériens, Malgaches ou Vietnamiens, ils sont inscrits depuis des mois en master 1 MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation), à l'université de Paris VII, en cursus de mathématiques, et préparent le Cafep, le concours qui leur permettra d'enseigner dans les écoles privées.