Marseille : l'encombrant Guérini plane sur la primaire PS

Par

Depuis 2009, plusieurs enquêtes visant l’indéboulonnable président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône n’en finissent pas de plomber la gauche marseillaise. Le PS tergiverse, tandis que la justice avance lentement dans ce dossier tentaculaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, était dimanche à Marseille pour assister à une simulation de vote de la primaire citoyenne des 13 et 20 octobre prochains à Marseille et Aix-en-Provence. Sans surprise, Harlem Désir et les six candidats présents ont été assaillis de questions sur l’avenir de Jean-Noël Guérini, mis en examen à trois reprises depuis le 8 septembre 2011. « Il ne souhaite pas le succès de ces primaires, de nos candidats. Il y a bien longtemps que la page Guérini a été tournée pour moi à Marseille », a assuré Harlem Désir, qui veut saisir la future haute autorité du parti du cas Guérini. Depuis 2009, les enquêtes de la juridiction interégionale spécialisée (JIRS) de Marseille visant l’indéboulonnable président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône et ses marchés publics n’en finissent pas de plomber la gauche marseillaise.