Scolarité des enfants d'immigrés: «Eux» et «Nous»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Les deux tiers des échecs scolaires, c'est l'échec d'enfants d'immigrés. » Cette phrase de Claude Guéant, alors ministre de l’intérieur,  lancée en 2011 à l’aube d’une campagne présidentielle, réactivait au fond, au-delà de l’instrumentalisation grossière de chiffres par ailleurs farfelus, une idée ancienne devenue un poncif : celle d’une scolarité en soi problématique des enfants d’immigrés. Depuis près de trente ans, cette question est devenue un quasi-lieu commun du discours politique. Elle a engendré une abondante littérature sans que les cadres conceptuels et historiques de ce « problème » ne soient jamais analysés.