Les stupéfiantes manœuvres du parquet dans l'affaire Tapie

Par

Selon nos informations, le parquet général a pris la décision de ne pas participer, mardi 29 septembre, à l'audience de la cour d'appel de Paris où sera jugée définitivement l'affaire Tapie-Crédit lyonnais. Bien que 405 millions d'euros d'argent public soient en jeu, il estime qu'il s'agit d'un conflit… privé ! Depuis 20 ans, le même parquet n'a cessé de multiplier les manœuvres d'obstruction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Décidément, la justice ne cesse de dysfonctionner dans l’affaire Tapie, et l'on devrait en avoir, mardi 29 septembre, une nouvelle confirmation. Selon nos informations, vérifiées à plusieurs sources, le parquet général a décidé contre toute attente et contre tous les usages de ne pas venir à l’audience décisive, qui doit rejuger pour la dernière fois le différend commercial opposant depuis plus de vingt ans Bernard Tapie au Consortium de réalisation (CDR – la structure publique qui a repris en 1995 les actifs douteux de l’ex-Crédit lyonnais) au sujet de la vente d’Adidas. Cette volte-face prend d’autant plus d’importance qu’elle intervient après de nombreuses autres.