Cet étudiant sans papiers craint pour sa vie s’il est expulsé en Guinée

Par

Plusieurs associations se mobilisent contre l'expulsion d'Abdoulaye B., un étudiant guinéen sans papiers arrêté la veille de son inscription pédagogique en licence d’administration économique et sociale (AES) à l’université Paris 1- Panthéon Sorbonne. Le site BuzzFeed a pu joindre le jeune homme de 25 ans, interpellé mardi 13 septembre et placé au centre de rétention administratif (CRA) de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abdoulaye B., 25 ans, est originaire de Guinée. Un pays qu'il a fui, explique-t-il, car il militait dans un parti d'opposition, l’Union des forces démocratiques de Guinée. « J’étais chargé de coordonner les marches et manifestations de l’opposition républicaine, notamment la marche pacifique du 4 avril 2013 organisée par l’opposition pour la tenue des élections législatives », raconte-t-il à BuzzFeed qui a réussi à le joindre. Difficile dans ces conditions d'y retourner en toute sécurité. Il a alors choisi, après un long périple, de refaire sa vie en France en avril 2016 en reprenant des études. Il venait de s'inscrire à l'université Paris 1 en licence d'administration économique et sociale (AES). Seulement, depuis le 13 septembre, cet étudiant sans papiers a été arrêté et placé au centre de rétention administratif (CRA) de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) en vue d'une expulsion. Des associations sont mobilisées pour lui venir en aide.