Le risque de pénurie de gamètes, l'inconnue de la loi bioéthique

Par
"A l'heure actuelle, les donneurs ne sont pas rassurés et ceux qui sont inquiets ne se présentent plus" : l'ouverture annoncée de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes et la levée de l'anonymat des donneurs de gamètes suscitent des interrogations en France sur l'autosuffisance de ces dons.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - "A l'heure actuelle, les donneurs ne sont pas rassurés et ceux qui sont inquiets ne se présentent plus" : l'ouverture annoncée de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes et la levée de l'anonymat des donneurs de gamètes suscitent des interrogations en France sur l'autosuffisance de ces dons.