La République en marche, ou la politique en kit

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Passer d’un mouvement de fans à un parti de militants. La République en marche, qui a organisé sa deuxième convention le dimanche 20 octobre, est en proie à la question de la continuité, voire de sa survie, hors période électorale. Et même si les élections européennes approchent, qui se tiendront en mai 2019, LREM se doit de mobiliser ses « inscrits » – aucune cotisation n’est demandée pour être membre du mouvement – pour qu’ils continuent d’occuper le terrain.