L’état d’urgence dans tous ses états

Instauré jusqu’à la fin février, l’état d’urgence donne des pouvoirs exceptionnels à l’administration et aux forces de sécurité. Mediapart fait l’inventaire au jour le jour des emballements, des dérapages et erreurs de ce dispositif qui place le pays hors du droit commun.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  • Samedi 28 novembre

Livré par Reuters. Bernard Cazeneuve a déclaré assumer « totalement » samedi l'assignation à résidence de 24 militants écologistes jugés susceptibles de manifester violemment à l'occasion de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP21), qui débute dimanche près de Paris. Ces assignations à résidence, décidées dans le cadre de l'état d'urgence instauré après les attentats qui ont fait 130 morts le 13 novembre dernier à Paris et Saint-Denis, ont été critiquées par certains acteurs du monde associatif. « Nous avons assigné 24 personnes parce qu'elles avaient témoigné d'actes violents par le passé à l'occasion de manifestations et qu'elles avaient exprimé le souhait de ne pas respecter les principes de l'état d'urgence », a dit le ministre de l'intérieur lors d'un déplacement à Strasbourg (Bas-Rhin). « J'assume totalement cette fermeté. Ne pas assumer cela devant les Français, c'est être, dans un contexte de menace très élevée, dans une prise de risque que les Français ne toléreraient pas », a-t-il ajouté. Les personnes concernées, « déjà condamnées, pour un certain nombre d'entre elles, pour avoir participé à des manifestations violentes », selon le ministre, sont des « activistes » de la mouvance écologiste, a-t-on précisé dans son entourage.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni
Climat — Parti pris
Une canicule éminemment politique
La précocité et l’intensité de la canicule actuelle démontrent à quel point l’heure n’est plus à la transition écologique mais à une écologie de rupture, sans transition. Alors qu’à l’ombre de cet événement sont tapies nombre d’injustices, il est temps de cibler les véritables fossoyeurs du climat.
par Mickaël Correia
L’affaire Kohler — Enquête
Affaire Alexis Kohler : le grand ménage
Dans le cadre d’une nouvelle enquête pour « trafic d’influence » et « prise illégale d’intérêts », la justice a découvert des documents dérangeants pour le secrétaire général de l’Élysée. Non seulement il a été beaucoup plus impliqué qu’on ne l’imaginait dans tous les dossiers concernant de près ou de loin l’armateur MSC, mais des documents ont disparu à certains endroits – mais été retrouvés dans d’autres – afin d’effacer les traces de ses interventions.
par Martine Orange
Violences sexuelles — Parti pris
Affaire Damien Abad : la méprise d’Emmanuel Macron
En renvoyant uniquement vers une réponse judiciaire, l’exécutif commet une triple erreur après les révélations visant le ministre des solidarités. Il confond justice et éthique, se trompe sur le rôle de la presse et contredit l’esprit des lois qu’il fait voter.
par Lénaïg Bredoux

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik