Expulsions: la Cimade quitte treize centres de rétention

Par
Depuis vendredi 1er janvier, la Cimade n'est plus la seule association habilitée à intervenir dans les centres de rétention administrative (CRA), aux côtés des étrangers en instance d'expulsion. L'État a sélectionné quatre autres structures, l'Assfam, Forum réfugiés, France terre d'asile et l'Ordre de Malte. Cette situation, qui va se traduire par un plan social à la Cimade, marque l'épilogue de seize mois de bras de fer politico-juridique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Créée en 1939 pour venir en aide aux populations déplacées par la guerre, la Cimade fête son 70e anniversaire dans la douleur: le contrat liant cette association d'obédience protestante à l'État pour intervenir dans les centres de rétention administrative (CRA), où sont enfermés les étrangers en instance d'expulsion, a pris fin le 31 décembre 2009. Depuis le 1er janvier, ses intervenants ne sont plus habilités à exercer leur mission d'aide juridique que dans 10 centres sur 23 en métropole. Ailleurs, d'autres associations, sélectionnées par l'État, ont pris le relais, ou sont supposées le faire dans les jours à venir: il s'agit de l'Assfam, de Forum réfugiés, de France terre d'asile et de l'Ordre de Malte. En 2008, plus de 32.000 étrangers en situation irrégulière ont été enfermés dans ces lieux de 24 heures à 32 jours.