Hamon-Valls: l’éclatement final de la deuxième gauche

Par

Le duel Hamon-Valls marque le brouillage, voire l’éclatement final des cultures traditionnellement distinguées dans la gauche française. Dans une primaire qui confirme le crépuscule européen du social-libéralisme, aucune des alternatives n’est en tout cas exempte de faiblesses ou de contradictions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une gauche réaliste et crédible contre une gauche utopique cantonnée à l’opposition. C’est ainsi que Manuel Valls a mis en scène, dans son discours de dimanche soir, son duel avec Benoît Hamon au second tour de la primaire. Visiblement, le procédé a d’ores et déjà séduit une cohorte d’éditorialistes, pour qui a suivi la soirée électorale sur les chaînes de télévision. Si on laisse de côté cette grille de lecture biaisée, prétendant distinguer les gens sérieux des marginaux, est-il tout de même possible de repérer deux types de gauches dans l’affrontement entre Valls et Hamon ? La question est d’autant plus troublante que les deux hommes ont commencé leurs carrières militantes au sein du courant de Michel Rocard, qui avait lui-même distingué deux cultures politiques à gauche, lors d’un discours resté fameux au congrès de Nantes du PS en 1977.