La France Orange mécanique : le vrai parcours de «Laurent Obertone»

Auteur sous pseudonyme de La France Orange mécanique, ouvrage vanté par Marine Le Pen, Laurent Obertone est en fait depuis octobre 2009 l'auteur d'un blog de la réacosphère, qualifié de racialiste voire de raciste par ses fans. 

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Invitée sur le plateau de « Des paroles et des actes » sur France 2 le 21 février, Marine Le Pen a de nouveau brandi le livre La France Orange mécanique, de Laurent Obertone, dont elle avait déjà assuré la promotion sur le site du Front national. La formule de Xavier Raufer qui y dénonce l’« ensauvagement d’une nation » semble avoir fait mouche auprès de la présidente du FN, qui répète l’expression à chacune de ses apparitions médiatiques.

Mais qui est Laurent Obertone, l’auteur de ce livre ? Questionné sur son choix d’écrire sous pseudonyme par Guillaume Erner sur France Inter, le jeune homme explique qu’il ne « veut pas mêler (sa) famille à (son) travail » et qu’il aurait reçu des « menaces à la suite de la parution de ce livre ». « On m’a proposé une protection policière », affirme-t-il. Impossible à vérifier, puisque la direction générale de la police nationale a pour habitude de ne « jamais donner ce type d’information, pour des raisons de sécurité ».

Présenté par son éditeur comme un journaliste de 28 ans, « honnête et sérieux », auteur d'un livre « qui n'est pas politisé », Laurent Obertone est diplômé de l’école supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, dans la filière Presse hebdomadaire régionale. Il y a connu une « scolarité sans couac », nous assure-t-on à la direction de l'école, où on dit avoir le souvenir de « quelqu'un qui écrivait plutôt bien, pas facho, plutôt catho tradi ». Et où on explique qu'Obertone a demandé à ce que ne soit pas divulgué son vrai nom. « Il nous a dit qu'il nous en tiendrait pénalement responsable. Et le soir même, il était en conférence à la librairie du Furet du Nord. C'est un peu bizarre comme anonymat… » Le message a aussi été passé aux camarades de sa promotion de taire son vrai nom.

Page de Laurent Obertone dans le trombinoscope de l'ESJ Page de Laurent Obertone dans le trombinoscope de l'ESJ

Car après recherche dans les trombinoscopes de l'école de ces dernières années (envoyés à tous les adhérents de l'association des anciens de l'école), puis enquête dans les méandres du web, le jeune homme se révèle en fait être un blogueur star de la réacosphère. Un blogueur qui n'a jamais lâché son premier pseudonyme, « l'Ubiquiste », qui apparaît dès mai 2008 sur la toile (sur le site participatif come4news) jusqu'en décembre de la même année. Au menu de cette page, six articles dont « Obama-le-métis ou le triomphe de la bêtise », ou « Lettre ouverte aux détracteurs invétérés de Jean-Marie Le Pen » (voir capture d'écran ci-dessous).

En novembre 2008, Obertone crée également dans le cadre d'un exercice d'école un blog sur la plateforme de 20minutes.fr, destiné à écrire des articles web, avec des vidéos et des liens. Chacun choisit librement son thème. Celui d'Obertone est intitulé « le blog de l'Ubiquiste », et annonce à sa création vouloir s'intéresser « à la part marginale et oubliée de la littérature française. Autant d'auteurs maudits et d'ouvrages licencieux à redécouvrir ».

Avant de promettre qu'« une large place sera consacrée à la langue française en elle-même, tant littéraire qu'orale. À son actualité. À sa déréliction? ». Mais au bout du compte, ce blog – depuis supprimé mais dont on parvient à retrouver les archives – ne tiendra que jusqu'en février 2009. Son contenu est globalement anodin, même si la couverture d'une manifestation contre le sida à Ronchin, le 3 décembre 2008, interroge :

« “Il s’agit aussi de manifester notre solidarité à l’encontre des sidaïques”, affirme Laurent, organisateur. À l’image de Maxence, collégien, l’on peut s’interroger sur la pertinence de la méthode vis-à-vis d’une pandémie “qui touche surtout des pays où l’on ne fait pas grand-chose pour l’éviter”. Les collégiens s’esclaffent, visiblement ravis de cette journée. Ce qu’ils savent du sida ? “Tout le monde peut l’attraper, il faut se protéger”, répond Marine, bonne élève. “Les homosexuels surtout”, lance Kader en déclenchant l’hilarité générale.
La jeunesse ne dramatise pas. Un organisateur soupire et semble penser : Ah, si elle savait... »

Mais c'est en octobre 2008 qu'Obertone crée un autre blog à la durée de vie bien supérieure. Nommé cette fois-ci « le Pélicastre jouisseur, le blog de l'ubiquiste », il va rapidement être repéré dans la blogosphère d’extrême droite, qui se délecte de ses « saillies au vitriol ». Dans la réacosphère, il est souvent cité comme « le pélicastre ». Dans les commentaires, il signe « l'Ubiquiste ». Sur le web, où manifestement le ménage a été fait pour faire disparaître toute trace, il est quasiment impossible de retrouver ce blog, qui fut pourtant une référence trois années durant.

Une version html du blog du Pélicastre jouisseur Une version html du blog du Pélicastre jouisseur

L'avatar de l'Ubiquiste, la photo d'un pélican, que l'on retrouve dans les commentaires d'autres blogs de la fachosphère L'avatar de l'Ubiquiste, la photo d'un pélican, que l'on retrouve dans les commentaires d'autres blogs de la fachosphère

Contacté le 25 février, son éditeur dit ne pas être au courant. « Nous n'avons pas connaissance d'une quelconque activité de Laurent Obertone sous un autre pseudo, affirme Simon Riaux. Il n'a jamais été question de ça. Et j'avoue que je l'imagine très difficilement. » De son côté, Laurent Obertone nie farouchement et affirme qu'il ne connaissait pas le blog du Pélicastre jouisseur jusqu'à notre coup de fil à son éditeur. « Il doit y avoir une erreur, je n'ai pas d'ancien blog », affirme-t-il. Une affirmation  étrange, pour qui indique comme loisirs dans le trombinoscope de l'ESJ l'« écriture (romans, nouvelles, blogs) ».

Pourquoi cette dénégation, alors que plusieurs anciens de l'ESJ nous ont pourtant confirmé avec certitude, mais sous couvert de l'anonymat, qu'il était bien l'auteur de ce blog ? « Quand on l'a su, il ne se cachait pas réellement », dit une ancienne camarade, qui se rappelle aussi avoir assisté à une discussion avec plusieurs personnes parfaitement au courant de l'existence du lien entre le Pélicastre et le futur Laurent Obertone, un an après l'école, lors d'une soirée des 15 ans de la filière PHR (presse hebdomadaire régionale).

Pour autant, ils sont aussi un certain nombre de la promotion à avoir refusé de nous répondre, ou à nous avoir raccroché au nez au bout de quelques instants. Car même caché du grand public, le contenu du blog du Pélicastre indique assez nettement d'où parle aujourd'hui Laurent Obertone.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Nous avons choisi de ne pas donner le vrai nom de Laurent Obertone, qui a droit au respect de sa vie privée. Ce qui n'empêche pas de dévoiler son parcours au nom de l'honnêteté intellectuelle.

On peut lire sa réponse à notre premier article de décryptage de son livre sur le site Atlantico. À part sur le droit de cuissage, qui, comme nous l'avaient signalé plusieurs lecteurs, relève en effet du mythe, Mediapart ne retire rien à ce premier article.

Yannick Cahuzac est sociologue, il travaille sur les stratégies de l'extrême droite sur Internet et vient d'achever, avec le politologue Stéphane François, un article sur les stratégies de communication des identitaires, à paraître dans la revue Question de communication.