Marisol Touraine réagit et réclame une enquête. Après les révélations de Mediapart sur les liens entre les gendarmes du médicament et les laboratoires pharmaceutiques, la ministre de la santé a expliqué à Mediapart que « si les faits rapportés sont exacts, ils sont inacceptables, et même d'une extrême gravité », estimant que « la transparence est une condition essentielle de la confiance dans notre système de santé ».