A Toulouse, l'Eurovision sociale-démocrate lance la campagne électorale

Par
Soirée de lancement sans accrocs pour la première secrétaire du PS, qui a réuni une salle pleine et mobilisé le parti socialiste européen (PSE) contre MM. Barroso, Sarkozy et Bayrou. Le président danois du parti européen, Poul Nyrup Rasmussen, a appelé à un changement de direction en Europe, mais les représentants anglais – plus libéraux– et espagnols – par solidarité ibérique – ont fait service minimum sur la question. Au terme d'une journée où le duo PS/PSE a visité les syndicalistes d'EADS et de Molex, la fameuse «Europe sociale» s'est incarnée à travers de brefs discours des 27 têtes de listes et chefs européens, ainsi que par «un programme des 100 jours d'un Parlement de gauche», une série de sept propositions encore bien floues.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Martine Aubry en avait sans doute rêvé, Poul Nyrup Rasmussen l'a fait. Le parti socialiste a enfin renoué avec une mobilisation réussie, ce vendredi 24 avril à Toulouse, pour le meeting de lancement de la campagne des européennes, aux côtés des «partis frères» du PSE (présidé par Rasmussen). Salle pleine (autour de 1.600 personnes), ambiance chaleureuse, hymne pêchu (le Right here Right now de Fat Boy Slim), discours brefs et incisifs, le PS a réussi le temps d'une soirée à incarner sa volonté d'unité européenne, retrouvée sur des bases sociales.