Amnistie sociale : la gauche vole en éclats

Trois semaines après son adoption au Sénat sous la bienveillance de Christiane Taubira, la loi portée par le Front de gauche pour amnistier « quelques dizaines » de syndicalistes subit un veto du gouvernement. Soudaine, la décision froisse le PCF et les écolos, mais aussi une partie du PS. Récit d’un suicide politique à gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après la fête de mariage, le réveil endeuillé. Mercredi matin, à 8 h 30, la seule mesure sur laquelle l’ensemble des partis de la gauche parlementaire s’était entendu depuis un an, avec le mariage pour tous, a été enterrée. L’amnistie sociale, votée il y a trois semaines à l’unanimité de la gauche sénatoriale sous la bienveillance de la ministre Christiane Taubira, se voit désormais objecter une « opposition claire et ferme » de l’exécutif. Le ministre des relations avec le parlement, Alain Vidalies, pourtant favorable en privé à cette loi, annonce la nouvelle. Sur France Info (à partir de 6’30) :