Affaire Tapie : pourquoi Lagarde a échappé (de peu) à une mise en examen

Par

Deux des trois magistrats de la Commission d'instruction de la Cour de justice de la République (CJR) souhaitaient mettre Christine Lagarde en examen dans le scandale Tapie mais, selon nos informations, les propos du ministre des finances Pierre Moscovici, en défense de la patronne du FMI, les ont fait hésiter. Ils ont aussi pris en compte le changement de stratégie de défense de l'ancienne ministre des finances qui admettrait désormais que des instructions sont venues de l'Élysée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au lendemain des deux jours d’audition de Christine Lagarde par les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR), les langues se délient et les raisons pour lesquelles la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) n’a pas été mise en examen pour « complicité de faux » et « complicité de détournement de fonds publics », mais placée sous statut de témoin assisté, apparaissent plus clairement.